POLITIQUE 0 Commentaire

Bénin : Sacca Lafia appelé à la démission du côté de Ajavon et Yayi

Olivier Ribouis
publié le 29 mars 2019

Il y a une crise de confiance entre les partis d’opposition et Sacca Lafia, le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, a rapporté la Plateforme électorale des organisations de la société civile qui a rencontré les opposants demandant la démission du ministre.

sacca-lafia Sacca Lafia, Ministre de l'Intérieur et de la Sécurité publique

Sacca Lafia, « juge et parti » pour les partis d’opposition.  A une rencontre avec la Plateforme électorale des organisations de la Société civile, les  partis USL de Sébastien Ajavon et FCBE de Boni Yayi, opposants au régime de Patrice Talon ont exprimé leur méfiance à l’égard du ministre de l’Intérieur et de la sécurité. Dans son nouveau point des démarches qu’elle mène pour un dégèle de la crise pré-électorale en cours au Bénin, la Plateforme a évoqué cet aspect mercredi 27 mars face à la presse.  « La Plateforme a noté une crise de confiance entre les partis de l’opposition et le ministre de l’Intérieur », a indiqué Fatoumatou Batoko Zossou, présidente de la Plateforme. « Selon les membres des partis rencontrés, le ministre de l’Intérieur étant membre fondateur d’un parti politique de la majorité présidentielle et candidat aux élections, ne devrait plus continuer à assumer sa charge ministérielle car, selon eux, il est "juge et partie" », a expliqué la présidente de la Plateforme.

Les opposants mettent en doute l’impartialité du ministre Sacca Lafia chargé de délivrer le certificat de conformité aux partis politiques du pays.  Pour les partis d’opposition qui ont été recalés dans l’attribution du certificat de conformité,  ils le sont du fait d’un « acte politique ».

Tout comme les partis USL et FCBE La Plateforme a rencontré les responsables du Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité publique.  « Des échanges avec le comité ad ’hoc du Ministère de  l’Intérieur et de la sécurité publique, il en découle que les partis qui n’ont pas pu obtenir la reconnaissance, sont ceux qui n’ont pas pu corriger les observations du ministère suite à l’étude de leur dossier », a rapporté la Plateforme de la Société civile.


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci