POLITIQUE 1 Commentaire

Bénin-Législatives 2019: 6 scénarios d’un «piège fatal» pour la démocratie, selon le CiAAF

Banouto avec CiAAF
publié le 11 avril 2019

Le Civic Academy for Africa’s Future, think thank qui s’est illustré par ses «Lettres aux Futurs Députés», apporte son grain de sel au débat sur l’impasse électorale dans le cadre des législatives d’avril 2019. Le centre de recherche indépendant dirigé par le politologue Expédit Ologou vient de sortir une note d’analyse de la situation électorale.

expedit ologou ciaaf legislatives 2019 au Bénin Expédit Ologou et ses pairs du CiAAF exposent les possibles issues à l'impasse électorale

 

Un document de 50 pages environ sur le problème, les effets juridiques et socio-politiques de la crise, les implications pour les institutions et les pratiques électorales au Bénin, puis les probables solutions. Ainsi se résume «Législatives 2019 au Bénin : le piège fatal ?», une note d’analyse publiée par le Civic Academy for Africa’s Future (CiAAF) sur son site web, lundi 8 avril, soit à 4 jours du début de la campagne électorale. Dans ce document sur l’impasse dans l’organisation des législatives, qui auront pour la première fois sous le renouveau démocratique (depuis 1990) sans l’opposition, le think tank dirigé par le politologue béninois Expédit Ologou rend compte des origines de la crise préélectorale, analyse ses développements et leurs effets et attire l’attention des divers acteurs sur les risques de ces élections non inclusives. Alors que le Gouvernement, la majorité et la minorité parlementaires s’accusent mutuellement de l’absence de l’opposition à ces élections, le CiAAF postule que les nouvelles lois électorales que sont le code électoral et la charte des partis politiques portent les germes de la crise.

«Dans beaucoup de leurs dispositions, les nouvelles lois sur le système partisan et électoral, en raison de leur obscurité créaient un boulevard au risque d’arbitraire, ou de sentiment d’arbitraire de la part de ceux qui subiraient une application inflexible», relève le centre de recherche indépendant dans sa note d’analyse. «En dépit des assurances que peuvent bien donner les pouvoirs publics dans les circonstances actuelles, tant qu’un seul Béninois se sentira en insécurité du fait des élections, la situation du pays ne peut qu’être à risque», prévient le think tank.  

Scénarii

Les auteurs de la note relèvent que «les propositions de sortie de crise sont elles-mêmes en crise, dans un environnement électoral qui se recompose». Pour eux, «s’il y a une démarche à suivre pour penser la sortie de crise, et qui doit gouverner tout le processus, c’est celle de la lucidité. Une lucidité pédagogique pour penser la sortie de crise ». Dans tous les cas, avance le CiAAF, l’organisation d’élections législatives avec deux partis créés pour soutenir le pouvoir exécutif rapproche le Bénin des «tentations non-démocratiques» dont le pays « doit s’éloigner pour demeurer aux rivages de la démocratie».

Dans «Législatives 2019 au Bénin: le piège fatal ?», le CiAAF a établi un échafaudage de scénarii possibles. Le think tank s’est donc lancé dans une analyse prospective qui essaie de montrer ce qui pourrait se passer si les élections ont lieu avec les deux partis retenus par la CENA, si elles n’ont pas lieu avant le 15 mai 2019, si l’article 80 de la constitution est révisé, si les élections inclusives s’organisaient.

Cliquez ici pour télécharger la note d’analyse qui expose les différents scénarios possibles.

 


  • O.F
    il y a 8 mois

    Ouu se procurer le document dont vous faites référence?