POLITIQUE 1 Commentaire

Crise préélectorale : Azannaï juge « indigne du Bénin » l’entretien du président Talon

La rédaction
publié le 11 avril 2019

L’entretien accordé par le président béninois, Patrice Talon à deux journalistes et diffusé sur plusieurs chaînes de télévision et radio jeudi suscite déjà des réactions. Ancien ministre et président du parti Restaurer l’Espoir, Candide Azannai estime que la sortie du chef de l’Etat est ratée. Lire son post sur facebook.  

candide-azannai Candide Azannaï, président du parti Restaurer l'Espoir

L’une des caractéristiques d’un putschiste despotique est qu’il se croit encyclopédiste en tout jusqu’au moment où le peuple agacé par ses sottises, le renvoie aux conséquences de son incurie.
Cet entretien ridicule et comédien expose à tous s’il en était besoin qui est l’auteur, le vrai commanditaire du complot de la délinquance électorale en cours au Bénin.
C’est un coup de force orchestré au plus haut sommet de l’Etat qui vise à la confiscation du pouvoir législatif, donc la privatisation du parlement qui est en cours. La prédation de l’Etat issu du pacte républicain de la Conférence Nationale.
Nous vivons un coup d’Etat à ciel ouvert.
Triste et honteux !
Toute démocratie fondée sur l’État de droit et sur le pluralisme politique cessent instantanément d’être une démocratie dès l’instant où les élections politiques et celles législatives cessent d’être inclusives.


Quand il y a impasse et ceci du fait de votre propre manigance à travers votre majorité parlementaire;
Quand vous même reconnaissez que les lois que avez inspirées sont incongrues ;
Quand on est un Président d’une République fondée sur la Démocratie, l’Etat de droit et le pluralisme politique, on s’abstient de traiter avec tant de désinvoltures les principes nationaux et internationaux qui régissent les élections politiques surtout législatives.
Patrice Talon, ce n’est pas tous « les chapeaux qu’on porte » impunément.
C’est vous qui voulez incendier le pays; nous ne vous laisserons pas le faire.
Nous ne voulons plus voir les chars et autres engins militaires canons pointés sur les paisibles populations.
Arrêtez ! Cessez de prendre tous les béninois comme des incultes.
Ce n’est pas bon de confondre les grands principes de l’Etat et les valeurs universelles de la « Nation de Démocratie » avec les pratiques mafieuses des passations de marchés publics sur le lit vénal des relations incestueuses entre l’élite patronale et l’élite politique.
J’ai honte de cet entretien indigne du Bénin.
La République s’indigne !
Candide Armand Marie Azannaï


  • Dac ADASSIN
    il y a 3 mois

    La démocratie reste et demeure la loi de la majorité, donc la majorité a voté ,la minorité doit subir