POLITIQUE 0 Commentaire

Bénin-Législative 2019: Talon, «Ce qui se passe n’honore pas l’image de notre pays»

Olivier Ribouis
publié le 11 avril 2019

Le Président Patrice Talon a décidé de s’adresser aux Béninois sur la situation de crise pré-électorale qui s’est installée dans le pays avec l’absence des partis d’opposition dans la course aux législatives 2019. Sur la télévision nationale, le chef de l’Etat a dit sa part de vérité.

patrice-talon Patrice Talon

Talon à cœur ouvert avec les Béninois. Accusé de vouloir empêcher l’opposition de prendre part aux législatives 2019, le Président a reçu deux journalistes au palais pour expliquer ce qui se passe. A l’entame, Talon rappelle que tous les Béninois admettent depuis de nombreuses années, « l’état de déliquescence du système partisan » béninois. Depuis 90, à l’avènement du Renouveau démocratique, fait remarquer Patrice Talon, « aucun parti » n’a été capable de conquérir et d’exercer le pouvoir exécutif. Il souligne que depuis ses prédécesseurs jusqu’à lui, autour des présidents « s’agglutinent des partis » qui à leurs départs, se dispersent. « Les forces politiques sont en relation incestueuse avec l’Exécutif », dénonce le Chef de l’Etat qui constate qu’il est impossible de former un gouvernement avec un groupe politique homogène.  

Réformes et Législatives 2019

Les réformes politiques conduites jusqu’ici, selon Patrice Talon, l’ont été avec la bénédiction des formations politiques du pays. Le résultat de ces réformes qui donne lieu à l’absence des partis d’opposition aux législatives du 28 avril prochain, à l’en croire, n’est pas à dessein. Pour le Président Patrice Talon, en dépit de la situation qui prévaut parler d’impasse n’est pas approprié.  « Nous ne sommes pas dans l’impasse », conteste Talon. Il admet tout de même que la situation est désobligeante pour la démocratie béninoise. « Ce qui se passe n’honore pas l’image de notre pays », reconnaît le Chef de l’Etat béninois. Nonobstant, Talon ne voit pas un blocage démocratique avec des législatives pour deux formations politiques de son système. « Ça ne bloque pas le processus démocratique », dit-il. Le Président Talon fait observer que cela relève du naturel.  « La compétition politique est par définition sélective », commente-t-il avant d’indiquer que « La réforme a pour vocation d’être contraignante ».


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci