POLITIQUE 0 Commentaire

Bénin : « Rien ne peut nous arrêter », Nicéphore Soglo

Olivier Ribouis
publié le 17 avril 2019

Face à la presse mardi 16 avril où il s’est offusqué de la militarisation de Vidolé, le siège de son parti, l’ancien Président Nicéphore Soglo a affirmé que rien ne pourra ébranler la détermination de l’opposition à faire échec à l’organisation des législatives 2019.

nicephore-soglo Nicéphore Soglo, ancien Président du Bénin

Devenu « siège de la résistance nationale », Vidolé, l’antre du défunt parti Renaissance du Bénin est sous la garde d’un détachement de forces de sécurité. Sur les lieux mardi 16 avril, l’ancien Président s’est indigné. « Il n’est pas pensable que dans le pays de Béhanzin, dans le pays de Bio Géra, de Kaaba, ceux qui ont résisté à l’invasion étrangère, aujourd’hui, nous n’ayons pas la possibilité d’aller, de venir, de rentrer dans nos maisons », a tapoté le plus vieux ancien Président vivant du Bénin. « Nous n’accepterons jamais. Jamais ! », prévient Nicéphore Soglo en langue fon face à un parterre de partisans après avoir réussi à passer les policiers positionnés devant le siège de son parti à Cotonou. « C’est non !, nous avons dit résolument à la tyrannie, à la dictature », martèle vigoureusement celui qui a dirigé le Bénin de 1991 à 1996.

LIRE AUSSI: Bénin-Législatives 2019 : le parti de Houngbédji se fait menaçant

Une des figures de proue de l’opposition à Patrice Talon, le leader charismatique des Houézèhouè (appellation donnée aux militants de la RB), Nicéphore Soglo a rencontré par deux fois le Président Patrice Talon qui l’a invité à la Marina pour discuter de la crise pré-électorale qui secoue le Bénin.  « Je l’ai au fond, également dit à Talon, puisque c’est lui qui est le Chef de l’Etat maintenant, qu’on ira pas aux élections si tout le monde n’y va pas », a-t-il rappelé. Déterminé à faire échec aux législatives du 28 avril lancées avec le Bloc Républicain et l’Union progressiste, deux formations politique du pouvoir en place, Nicéphore Dieudonné Soglo déclare «  Rien ne peut nous arrêter ! ». Selon, « ce n’est pas Talon » qui va ébranler la dynamique pour sauver la démocratie béninoise. Au siège de la RB, on le voit sur une affiche, levé vers le ciel, un gros poing aux couleurs du drapeau national marque la résistance au système de Talon que les opposants présentent comme « un dictateur ».

LIRE AUSSI: Législatives 2019: Moele-Bénin de Ayadji refuse de soutenir les Blocs pro-Talon


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci