Législatives 2019 au Bénin : les résultats provisoires de la CENA

Yao Hervé Kingbêwé
publié le 30 avril 2019

Quarante-huit après le scrutin du dimanche, la Commission électorale nationale autonome (CENA) a rendu publics les résultats provisoires.

emmanuel-tiando Emmanuel Tiando, président de la CENA

Fin du suspense. Quarante-huit après les élections législatives du 28 avril, la Commission électorale nationale autonome (CENA), conformément à son calendrier électoral, a publié les grandes tendances du scrutin inédit.

Pour cette élection qui s’est déroulée entre deux partis politiques proches du président Patrice Talon et à laquelle l’opposition n’a pas pris part, le taux de participation est le principal enjeu. Selon les statistiques rendues publiques par la Commission électorale, le dépouillement a été effectué à 86% et à la suite de ce dépouillement, le taux de participation s’établit 22,99%. Ce chiffre est nettement en deçà de celui de 2015 où, selon la CENA, 65% des électeurs se sont rendus aux urnes.

S’agissant des grandes tendances rendues publiques par le président de la CENA, Emmanuel Tiando, entouré pour la circonstance des autres membres de l’institution à l’exception du commissaire Freddy Houngbédji, c’est le parti Union progressiste (UP) qui vient en tête du scrutin pour un pourcentage de 56,22% des suffrages exprimés. Avec ce score, l'Union progressiste  obtient 47 sièges probables. Son « frère jumeau », le Bloc républicain suit naturellement avec un pourcentage de 43,78%, soit 36 sièges probables.

Le président de la Commission électorale a souligné que du fait des incidents, le vote n'a pu se tenir dans 39 arrondissements.

Les résultats de la Commission électorale, faut-il le préciser, sont provisoires. Seule la Cour constitutionnelle a la prérogative de la publication des résultats définitifs du scrutin après la gestion du contentieux.


  • Souadogui
    il y a 2 mois

    Mon pays va mal .les institutions ne peuvent plus dire la vérité. Mais n'oublions pas que les hommes parts mais les institutions resteront.

  • M89
    il y a 2 mois

    OBAMA avais raison : L'Afrique n'a besoin d'un homme fort mais des institutions forte.

  • Sourou
    il y a 2 mois

    Évolué seulment monsieur le président. Nous n'attendons maintenant que la cour constitutionnelle. Vive le Bénin

  • Yves
    il y a 2 mois

    Avec ce faible taux de participation ça devrait inquiéter notre dirigeants qui à leurs tours se poseront des questions