POLITIQUE 1 Commentaire

Bénin : nouvelle réaction des FCBE sur la crise post-électorale et l'état de Yayi

Yao Hervé Kingbêwé
publié le 7 mai 2019

Le bureau politique du parti FCBE a, dans un communiqué, réagi mardi 7 mai 2019 sur la situation sociopolitique et sur celle de son président d’honneur, l’ex-président Boni Yayi.

yayi-boni Boni Yayi, président d'honneur du parti FCBE

Le parti Force cauris pour un Bénin émergent (FCBE) donne de nouveau de la voix. Quelques jours après les violences à Cotonou et Kandi consécutives à une supposée tentative d’enlèvement de l’ex-président Boni Yayi, le parti des verts cauris est monté au créneau à travers un communiqué pour analyser la situation politique nationale.  

« Le parti constate que le Président Patrice Talon et les siens concentrent en ce moment tout l’arsenal de guerre de nos forces armées sur la résidence de notre Président d’Honneur, le Président Boni Yayi. Ce faisant, ils tentent de ramener la lutte actuelle à un combat contre notre Président d’Honneur », a déclaré le bureau politique qui fait savoir que « la lutte en cours, enclenchée depuis le lancement du processus électoral, oppose Patrice Talon et les rupturiens d’une part et le peuple béninois et sa démocratie d’autre part ».

Le parti est revenu sur les violences à Cotonou et Kandi les 1er et 2 mai derniers, notamment les causes pour indiquer qu’elles sont consécutives aux élections législatives sans l’opposition. Pour le parti FCBE, la responsabilité de ces violences qui ont fait plusieurs victimes et de nombreux dégâts matériels et financiers incombe au pouvoir. Il explique que c’est l’appel des anciens présidents Boni Yayi et Nicéphore Soglo aux lendemains des législatives qui ont enregistré le plus bas taux de participation dans le pays depuis le renouveau démocratique qui a conduit à la militarisation des alentours du successeur du président Patrice Talon. Le parti assure que « le combat actuel, focalisé à tort sur Cadjèhoun, reste et demeure la résistance populaire à la mise à mort des acquis démocratiques de la Conférence des Forces Vives de la Nation ».

Yayi en résidence surveillée de fait

La militarisation du quartier Cadjèhoun où réside l’ex-président Boni Yayi a été également évoqué par le bureau politique du parti FCBE. Le parti estime que Boni Yayi « est de fait en résidence surveillée » et que ses « conditions de vie se dégradent d’heure en heure ». Les verts cauris qui ont appelé le peuple à « rester vigilant pour protéger le Président Boni Yayi et tous les opposants engagés dans le combat pour la survie de la démocratie », exigent le retrait des éléments de l’armée de Cadjèhoun. Ils réclament également « la sécurité et la liberté de mouvement » pour Yayi.

Le bureau politique du parti FCBE a demandé par ailleurs au peuple de rester mobiliser pour « l’annulation de la parodie électorale du 28 avril 2019 et la mise en place d’un cadre de concertation nationale pour la gestion consensuelle de la crise post-électorale ».

 


  • Dossa Eric
    il y a 2 mois

    Le Bénin est un et indivisible .La paix est un comportement. Cher Papa Boni Yayi vous avez le plein soutien du peuple Béninois car nous savons tous ceux qui prône la violence mais nous c'est la paix nous souhaitons et invite Le PR à prendre toutes les responsabilités qui s'impose a fin que les élections soient reprises pour la paix et le bien de nous tous .Vive la démocratie avec la participation de tout les partis aux élections législatives ; Vive vaillant peuple Du Dahomey et le Bénin.