POLITIQUE 0 Commentaire

Violences postélectorales au Bénin : Léhady Soglo en colère contre le pouvoir Talon

Gildas Salomon
publié le 7 mai 2019

L’ex-Maire de Cotonou, Léhady Soglo a déploré le mutisme du gouvernement béninois à l’égard des victimes après les manifestations de Cadjehoun et de Kandi qui ont fait plusieurs victimes.  

lehady-soglo Léhady Soglo, ex-maire de Cotonou critique à nouveau le pouvoir Talon

Léhady Soglo est mécontent. C’est le sentiment qu’on peut lire à travers un post sur sa page facebook en date de mardi 7 mai 2019. L’ex-maire de Cotonou a dénoncé l’attitude du gouvernement après les violences à Cotonou et dans plusieurs autres villes du pays pendant lesquelles les forces de défense et de sécurité ont fait usage d’armes létales faisant des victimes. « A peine si le ministre de l’Intérieur a reconnu sur une chaîne internationale l’existence même de personnes décédées les mettant sur le compte de l’inobservance de consignes par les hommes en armes. En conseil des ministres, aucun mot pour nos compatriotes éplorés et toujours ce silence glacial du chef de l’Etat », a-t-il regretté dans sa publication.  Il a aussi fustigé « l’indifférence du gouvernement dit de la rupture » vis-à-vis des personnes blessées. 

Léhady Soglo, veut espérer au regard des incidents qui se sont produits du mercredi 1 au jeudi 2 mai 2019 au quartier Cadjehoun et à Kandi, qu’une enquête s’ouvrira pour que justice soit rendue aux victimes. « Ces événements qui ont choqué le monde entier doivent faire l’objet d’une enquête internationale indépendante afin de déterminer les auteurs et commanditaires de l’usage d’armes de guerre sur des populations civiles et en pleine agglomération », a-t-il proposé.

 A en croire l’ex-maire de Cotonou, « il est encore temps pour le président Talon de prendre la mesure des choses et d’entamer un dialogue sincère avec tous les acteurs de la vie publique afin de préserver la paix et de restaurer l’état de droit dans un pays considéré comme l’un des précurseurs de la démocratie en Afrique ». Ce retour au dialogue selon le fils de l’ex-président Nicéphore Soglo devra établir les conditions pour une reprise inclusive des élections législatives.

 


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci