POLITIQUE 0 Commentaire

Violences post-électorales au Bénin : le gouvernement pointe du doigt des ''leaders politiques''

Ozias Hounguè (Stag.)
publié le 8 mai 2019

Le Gouvernement béninois a réagi aux actes de violences qui se sont déroulés pendant et après le scrutin législatif du 28 avril 2019 au cours du conseil des ministres de ce mercredi 8 mai 2019 et accuse certains « leaders politiques » d’être responsables.

violences-cotonou des actes de violences dans les environs du domicile de l'ex-président Yayi à Cotonou

Les commanditaires des actes de violences post-électorales semblent connus du côté de l’Exécutif béninois. Lors du Conseil des ministres ce mercredi 8 mai 2019, le Gouvernement béninois a pointé du doigt des « leaders politiques » comme commanditaires des actes de violences qui ont eu cours pendant et après les élections législatives du 28 avril 2019. « Des individus incontrôlés à la solde de leaders politiques, se sont attaqués à des édifices et infrastructures publics ainsi qu'à des installations privées, qu'ils ont dégradés, pillés ou incendiés » lit-on dans le communiqué des Conseils des ministres.

Le Compte rendu du conseil des ministres ne précise pas toutefois, la maison politique de ces « leaders » désignés comme commanditaires des actes de vandalisme qui se sont déroulés « le jour du scrutin, dans les villes de Parakou, Tchaourou, Bassila, Savè, Glazoué, Bantè et Savalou, puis dans les villes de Cotonou et Kandi les 1er et 2 mai 2019 ».

Suite à l’absence des partis politiques d’opposition aux élections législatives du 28 avril 2019, des actes de violences ont été notés dans certaines villes du pays notamment à Cotonou.


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci