Bénin : Candide Azannaï, « Nous sommes condamnés à résister »

Ozias Hounguè (Stag.)
publié le 15 mai 2019

Au cours d’une formation à l’endroit de la jeunesse intellectuelle du Parti Restaurer l’Espoir mardi 14 mai 2019 à Cotonou, Candide Azannaï est revenu sur les raisons qui justifient son choix de résister face au régime en place.

candide-azannai Candide Azannaï

Malgré l’installation des députés de la huitième législature dès jeudi prochain, Candide Azannaï ne désespère pas. Le Président du parti Restaurer l’Espoir, Candide Azannaï  a justifié  de vive voix au cours d’une formation à l’endroit de la « jeunesse intellectuelle » de son parti, les raisons qui sous-tendent son opposition au régime du Président Patrice Talon.

Azannaï dénonce l’installation d’une huitième législature entièrement acquise à la Cause du Président de la République Talon. « Même Kérékou n’a pas nommé 83 députés sur 83 (sous la révolution, ndlr) » tempête-t-il. Pour lui, il faut résister contre un tel régime politique qui veut détruire l’héritage démocratique issu de la Conférence nationale de 1990. « Nous sommes condamnés à résister quel que soit le prix à payer » a-t-il déclaré devant la jeunesse politique de son parti venue suivre une formation intitulée : « Jeunesse et défi de la Résistance »

Il a également qualifié les deux partis Pro-Talon de « partis étatiques » faisant allusion au régime marxiste-léniniste qui a dirigé le Bénin de 1972 à 1990. Azannaï trouve incompréhensible que le Bénin après trente ans de démocratie puisse organiser des élections législatives sans les partis d’Opposition.

Dimanche 28 avril 2019, le derby électoral entrant dans le cadre de l’installation des députés de la huitième législature se jouait entre les deux partis Pro-Talon, le Bloc républicain et l’Union progressiste en l’absence des partis d’opposition.

 Soutien et ancien ministre délégué chargé de la défense du Président Patrice Talon, Candide Azannaï a tôt fait de prendre ses distances. Depuis, il est devenu opposant au régime de Cotonou dont il dénonce les dérives à chaque sortie politique.


  • daniel
    il y a 2 mois

    Mr Azanaï, je reconnais votre intégrité. Cette idée de nommer 83 députés ne durera pas. Continuons le combat et laissons le temps au temps. Talon sera bientôt déçu. Du courage à vous

  • Marc
    il y a 2 mois

    J'ai une question à poser à Mr Azannaï. A part,ces élections passées,qu'est ce que vous reprochez encore au gouvernement de Talon. Car vous ne me convainquez pas encore. Aussi, lorsque vous parlez legislature sans opposition,de la mort de notre démocratie,êtes vous sûr que c'est la faute à Talon seul,si on en vient là?vous etes aussi respinsables. Et aujourd'hui, vous criez. Aucun de vous n'aime ce pays,et vous ne cherchez que votre intérêt. Moi je vous conseille de vous préparer pour les élections qui restent,surtout celles présidentielles,au lieu de perdre votre temps à appeler à la résistance encore, au niveau ou les choses sont. Meme si vous n'etes pas à l'assemblée vous pouvez organiser un contre pouvoir dans la douceur. Enfin. Moi j'ai un grief contre vous. C'est vous qui nous avez amené Yayi,ca n'a pas marché. C'est vous qui nous avez amené Talon,il est mauvais aussi, selon vous. Avez vous vraiment un bon sens de discernement?peut on avoir encore confiance en vous ?