POLITIQUE 0 Commentaire

Présidence de l’Assemblée nationale: le doyen d’âge Wallis Zoumarou donne des pistes

Léonce Gamai
publié le 15 mai 2019

Dans une interview au quotidien de service public, La Nation, le député Bloc Républicain, Wallis Zoumarou parle de l’élection du futur président du Parlement. Doyen d’âge, c’est d’ailleurs lui qui va diriger, jeudi 16 mai, la cérémonie d’installation de l’Assemblée nationale, 8ème législature et l’élection des membres du bureau.

benin assemblee nationale Wallis Zoumarou, diyen d'âge de l'Assemblée nationale, 8ème législature

 

Qui pour diriger la prochaine Assemblée nationale du Bénin ? La question est sur les lèvres depuis la proclamation des résultats des élections législatives du 28 avril 2019 par la Cour constitutionnelle. Ces résultats donnent l’Union progressiste majoritaire, avec 47 sièges contre 36 pour le Bloc républicain. Mais cette supériorité numérique ne garantit pas à l’UP le perchoir. C’est du moins ce qu’avance Wallis Zoumarou, doyen d’âge de la nouvelle législature. «J’ai eu la chance d’avoir été au commencement de l’Assemblée nationale depuis la première législature de l’ère du renouveau démocratique. J’ai été au cœur de ce qui a donné naissance à la configuration politique du bureau du Parlement. Il y a un esprit. Connaissant cet esprit, je ne pense pas qu’a priori, le fait d’avoir la majorité est un passeport pour sortir automatiquement le président de l’Assemblée du rang du parti majoritaire», affirme-t-il dans une interview au journal La Nation. «Je crois qu’il faut voir ensemble avec toutes les forces politiques du Parlement celui qui va le mieux tenir la maison ; celui qui va faire mieux la cohésion de tous les députés, toutes tendances confondues», fait savoir celui qui conduira la cérémonie d’installation de la nouvelle Assemblée nationale.

Il  soutient qu’ «il faut faire en sorte que le soutien au président Patrice Talon soit un soutien responsable et solide et non un combat entre partis politiques représentés au Parlement.»

Consensus

Pour Wallis Zoumarou, député depuis les premières élections législatives du renouveau démocratique en 1991, que le prochain président de l’Assemblée nationale soit un homme du Bloc républicain ou de l’Union progressiste, «l’essentiel, à mon avis, est qu’il soit de taille et qu’il soit capable de concilier et de manager tout le monde dans la cohésion et dans la discipline.» 

Concernant les noms qui circulent, il cite du côté de l’Union progressiste, Sacca Lafia et Abraham Zinzindohoué, puis  Abdoulaye Bio Tchané et Robert Gbian pour le Bloc républicain. «D’autres noms sont aussi cités. Attendons de voir. Je crois que les tractations doivent conduire à un consensus. Celui qui va être élu sera un produit issu d’un consensus», assure Wallis Zoumarou. 


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci