POLITIQUE 0 Commentaire

Bénin/Tension à Tchaourou : Talon et la classe politique mis sur des pistes de solution

Olivier Ribouis
publié le 16 juin 2019

Scandalisé par l’ampleur de la tension à Tchaourou, le réseau WANEP-Bénin, a dans une déclaration du vendredi 14 juin, fait des suggestions d’actes à poser par le gouvernement, le Président Talon et la classe politique pour arrêter la saignée.

talon-yayi-soglo Patrice Talon et Boni Yayi se saluant à une fête du 1er août au Bénin

WANEP-Bénin, la représentation nationale du Réseau Ouest Africain pour l’Edification de la Paix donne de la voix pour arrêter le regain de violence meurtrière dans la commune de Tchaourou au Bénin. Vendredi 14 juin, ce grand réseau d’organisations de la société civile béninoises a dit toute son inquiétude face à l’ampleur des affrontements du 10 juin qui se sont étalés sur plusieurs jours dans la semaine dans cette ville où des chasseurs et des forces de sécurités ont échangés des tirs occasionnant au moins un mort et des blessés.

« Afin de ne pas continuer à évaluer des dégâts, à compter des morts et des blessés de part et d’autre, WANEP-Bénin invite, le gouvernement, le Président Patrice Talon lui-même et l’ensemble de la classe politique à agir.  Il appelle « le Gouvernement, les forces de sécurité et la justice à sursoir aux mesures de restriction des libertés du Président Thomas Boni Yayi avant qu’il ne soit trop tard pour la paix relative au Bénin ».  De son côté, « le Président Patrice Talon, Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement, garant de la sacralité de la vie humaine, de la Paix et de l’unité nationale » est appeler à « privilégier des actes d’apaisement à l’endroit des populations qui l’identifient déjà comme l’un des principaux instigateurs de tout ce qu’elles subissent ».

WANEP-Bénin invite également « les acteurs politiques de tout bord à se concerter enfin et à se concentrer sur la recherche de solutions politiques immédiates afin d’éviter à notre pays d’autres escalades dans ce cycle incontrôlable de violences dont les séquelles nous hanteront plusieurs années encore ».

Dans sa déclaration transmise à Banouto, le Réseau se dit « inquiet du niveau de violence qui caractérise désormais les manifestations et les répressions depuis le 28 avril 2019 » et « Scandalisé par ce ‘’cercle de feu et de violence’’ qui a désormais infecté notre vivre ensemble et qui étend progressivement ses tentacules ».


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci