POLITIQUE 0 Commentaire

Réforme politique au Bénin : les accusations d’Azannaï contre Amoussou et Abimbola

Ozias Hounguè
publié le 29 juin 2019

Lors d’une conférence de presse jeudi 27 juin 2019, Candide Azannaï est revenu sur la réforme du système partisan et a accusé Bruno Amoussou et Jean-Michel Abimbola d’avoir vendu de l’illusion au président Patrice Talon.

bruno-amoussou Bruno Amoussou, président de l'Union progressiste mis en indexe par Candide Azannaï

Dans la crise que connait le Bénin, Candide Azannaï a dans son viseur deux personnalités politiques proches du pouvoir du président Patrice Talon :  Bruno Amoussou, le président du parti Union progressiste (UP), et le député Jean-Michel Abimbola. En conférence de presse jeudi sur la crise sociopolitique que connaît le Bénin, le président du parti Restaurer l'Espoir-opposition- s’est adressé dans des termes peu courtois à ces deux personnalités politiques membres de partis soutenant le président Patrice Talon.

Azannaï estime que ces deux acteurs politiques ont illusionné le président Patrice Talon en ce qui concerne la réforme du système partisan au Bénin. « Les Amoussou Bruno l’ont induit en erreur. Regardez très bien, ils sont partis vendre de l’illusion au président Patrice Talon. », a-t-il affirmé.

« Et l’illusion, c’est quoi ? », s’est interrogé Azannaï avant de répondre que l’illusion a consisté à dire au président Patrice Talon, qu’il y a 170 partis politiques autour de lui. « Et le président Talon fort des 170 partis politiques que les gens lui ont vendus, les a divisés en deux, et dit qu’il a couvert tout le Bénin. Mais les 170 partis font moins de 4%. », a-t-il martelé. Pour lui, les barons des deux partis soutenant le chef de l’Etat l’ont « roulé dans la farine ». « On lui a vendu du faux », ajoute-t-il également. « Mais Jean-Michel Abimbola a quel poids sur la scène politique ? Aujourd’hui-là, les personnes là pèsent quoi ? 4% ? » se demande-t-il.

Soucieux de réformer le système partisan du Bénin, le Bloc de la Majorité parlementaire (BMP) soutenant le président Patrice Talon élu en avril 2016, s’est engagé dans l’adoption des lois concernant la modification de la Charte des partis politique et du Code électoral. Mais à l’application, ces réformes se sont révélées douloureuses. Seuls les deux partis soutenant le président Patrice Talon ont pu se présenter aux élections législatives du 28 avril 2019.


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci