POLITIQUE 1 Commentaire

Cour africaine: motifs du rejet de la plainte de Boni Yayi contre le Bénin

Léonce Gamai
publié le 11 août 2019

Dans une ordonnance portant mesures provisoires rendue le 08 août, dont Banouto a eu copie, la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples, rejette une plainte de l’ancien président, Thomas Boni Yayi contre l'Etat de son pays, le Bénin.

boni-yayiBoni Yayi, l'ancien chef d'Etat béninois débouté par la Cour africaine des droits de l'homme et des peuples

Le 11 juin, pendant qu’il était sous surveillance policière à Cotonou, Thomas Boni Yayi a saisi la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples d’une plainte contre le Bénin. L’ex-président et leader de l’opposition au régime de Patrice Talon accuse l’Etat d’avoir violé ses droits pendant les événements de la crise engendrée par les élections législatives controversées du 28 avril 2019, tenues sans l’opposition.

Représenté par Me Renaud Agbodjo, avocat au barreau du Bénin, celui qui a dirigé le Bénin de 2006 à 2016 demande à la juridiction africaine basée à Arusha, Tanzanie, d’ordonner la suspension de tout acte de poursuite, d’instruction et de jugement contre l’ex-député Guy Mitokpè et les personnes cités dans l’affaire des soulèvements de Cadjèhoun les 1er et 2 mai, la remise en liberté des «manifestants détenus arbitrairement» jusqu’à la décision sur le fond de sa requête et la levée des obstacles à sa liberté de circulation. La Cour, constituée de 11 juges, a décidé «de ne pas accorder les mesures» demandées par le requérant. Voici les motifs du rejet de la plainte de Boni Yayi.

EXTRAIT DE L'ORDONNANCE DE LA COUR

décision yayi boni cour africaine benin

boni yayi cour africaine decision benin

decision cour africaine boni yayi benin

benin decision cour africaine boni yayi


  • Dari
    il y a 5 jours

    Le cour a fait son travail. Mais, il est important de savoir que toute personne qui qu'elle soit et d'où qu'elle vienne qui utilisera sa position temporaire pour poser les actes de natures anti démocratiques dans ce pays, sera rattrapé par la justice du pays dans le meilleur des cas où par la punition populaire du peuple au pire. Quant à ceux qui soutiennent ça, ils en auront également pour leur compte. ????