POLITIQUE 0 Commentaire

Bénin/Assemblée nationale : Adrien Houngbédji se défend des accusations de mauvaise gestion

Ozias Hounguè
publié le 14 août 2019

A la suite des accusations de mauvaise gestion financière lors de son passage à la tête du parlement, 7ème législature, Adrien Houngbédji a répondu mardi 13 août 2019 à ses détracteurs lors d’une réunion de la Direction Exécutive Nationale (DEN) de son parti, le PRD.

Adrien Houngbédji ne se reconnait pas dans les accusations de gestion peu orthodoxe lors de sa dernière présidence à l’Assemblée nationale du Bénin.  Se prononçant mardi 13 août 2019 au cours d’une réunion de la Direction Exécutive Nationale de sa formation politique, le PRD, Adrien Houngbédji s’est défendu de tout acte de mauvaise gestion à la tête de l’institution parlementaire. « On ne saurait parler de mauvaise gestion'' qu’aux prix d’une méconnaissance totale des textes et d’une malveillance caractérisée », a réagi l’ex-président de l’Assemblée nationale rapporté dans un communiqué du PRD. Ceux qui l’accusent, affirme-t-il, le font par ignorance du règlement intérieur de l’institution dont il avait encore récemment la charge.

Selon le communiqué rendu public ce mercredi 14 août 2019 par le PRD, Adrien Houngbédji affirme que le président de l’Assemblée nationale n’est que l’ordonnateur du budget de l’institution et que selon l’article 156 du Règlement Intérieur, seuls les questeurs sont les gestionnaires du budget de l’institution. Le parti de l’ex-chef du parlement béninois affirme également que Houngbédji n’a jamais donné d’ordres contraires aux « dispositions légales et règlementaires sur la gestion budgétaire ».

« Même s’il avait donné un tel ordre, les Questeurs doivent l’en aviser par écrit et l’inviter à retirer ledit ordre, la réponse confirmative du président doit être formulée par écrit ; cette réponse emporte réquisition des questeurs qui s’exécutent, mais alors et alors seulement la responsabilité du président de l’Assemblée nationale est engagée », explique-t-on du côté des Tchoco-Tchoco. Le communiqué précise que ce « cas de figure » ne s’est jamais produit sous la présidence d’Adrien Houngbédji au parlement. « Le Président du Parlement n’a pas signature sur les comptes bancaires et n’en connait même pas l’existence », a expliqué le président du PRD.

Le parti arc-en-ciel relève de ces explications, que « la volonté de nuire au PRD et à son président, observée à l’occasion des élections législatives, se poursuit et prend une nouvelle forme à l’approche des élections locales ». Le parti apprend qu’il ne se laissera pas « intimider » et dit attendre avec « sérénité » les résultats de l’enquête ou l’audit demandé par des députés.

 


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci