Bénin : réplique d'un membre de la présidence aux accusations de Lionel Zinsou

Yao Hervé Kingbêwé
publié le 14 août 2019

Condamné à cinq ans d’inéligibilité pour faux et dépassement de fonds de campagne, Lionel Zinsou a déclaré être victime d’un règlement politique. Un membre du cabinet présidentiel rapporté par Jeune Afrique, y voit de la parano et une « entreprise de victimisation ».

patrice-talon Patrice Talon, un membre de son cabinet balaie les accusations de Lionel Zinsou

Sauf décision contraire de la Cour d’appel de Cotonou, Lionel Zinsou ne participera pas à la présidentielle 2020. L’ancien premier ministre de Thomas Boni Yayi a été condamné le 2 août dernier par le tribunal de première instance de Cotonou à cinq ans d’inéligibilité pour dépassement de fonds de campagne et faux et usage de faux. Aussitôt la nouvelle tombée, le challenger du candidat Patrice Talon au second de la présidentielle 2016 est monté au créneau pour dénoncer une décision politique piloté depuis le palais de la Marina. « J’avais, depuis plusieurs mois, l’information selon laquelle il avait été décidée en haut lieu de me rendre inéligible », a déclaré le candidat arrivé en tête au premier tour de la présidentielle 2016.

Cette accusation de l’ex-premier ministre béninois est balayée du revers de la main par la présidence. « C’est de la parano, ni plus ni moins », commente un membre du cabinet présidentiel rapporté par Jeune Afrique. Selon le membre du cabinet présidentiel, l’ancien premier ministre béninois serait dans une « entreprise de victimisation ». Une entreprise, ajoute-t-il, qui « n’émeut personne au Bénin ».

Dans ses déclarations après sa condamnation, Lionel Zinsou a laissé entendre que le pouvoir de Cotonou se débarrassait de potentiels candidats à la présidentielle 2020. « Lionel Zinsou ne représenterait aucun danger politique pour Patrice Talon s’il voulait éventuellement renouveler son mandat », réplique un proche du président béninois assurant que l’ancien numéro 2 du gouvernement du président Boni Yayi est « dans une posture politicienne pour masquer l’essentiel », notamment l’affaire qui l’a opposé à l’homme d’affaires burkinabé Mahamadou Bonkoungou qui avait porté plainte contre Lionel Zinsou à Cotonou pour « escroquerie aggravée ». Une affaire qui sera rangée après la médiation de chefs d’Etat de la sous-région.

 


  • sultan aziz
    il y a 2 mois

    je ne vois pas l'interet de l'article...!!! Que des gens...bien lotis..defendent leur politique....de soumission du peuple...me parait normal... Hier..les fcbe...justifiaient...toutes leurs dérives Plus loin...les régimes, nazi,stalinnien...et fascistes..justifiaient tout... Pour moi...le probleme n'est plus à tendre..un micro..aux rupturiens....ni aux opposants..peu courageux...mais donner..la parole....aux populations de tchaourou,de savé,de kilibo,de kandi,de parakou et de ndali...voire meme les gens...de péréré...qui vivent l'enfer C'est plus..important...à mon avis...!!!

  • Thierry
    il y a 2 mois

    Aziz n'importe quoi ! C'est dans jeune Afrique que Zinsou est venu s'exposer en victime ! Quel mal y a t il qu'on lui réponde ? Quand Zinsou vient raconter sa vie là l'article est bien pourvu mais quand on lui répond tu trouves que l'article est vide ! Qu'est ce qui a été dit dans l'article et qui n'est pas vrai ? Zinsou n'a t il pas eu des problèmes avec l'homme d'affaires dont on a parlé ? Tout simplement de la mauvaise foi !

  • Djobido
    il y a 1 mois

    Pour une fois je suis d"accord avec Aziz le Sultan