POLITIQUE 1 Commentaire

Ousmane Batoko : « des décisions du juge constitutionnel béninois ont ébranlé des juristes africains »

Falilatou Titi
publié le 12 septembre 2019

Ousmane Batoko, président de la Cour suprême du Bénin et président de l’Association africaine des hautes juridictions francophones a partagé les observations de ses pairs africains sur les décisions de la Cour constitutionnelle. Le juriste a évoqué la question à l’ouverture du colloque scientifique international sur la haute juridiction, mercredi 11 septembre 2019 à Cotonou.

ousmane-batoko-president-de-la-cour-supreme-du-benin Ousmane Batoko, président de la Cour suprême du Bénin

L’image que les gens ont du Bénin à l’extérieur n’est plus la même. Laboratoire de la démocratie en Afrique depuis des décennies, explique Ousmane Batoko, tous les regards sont rivés sur ce pays francophone d’Afrique de l’Ouest. « Tout ce qui s’y passe est désormais regardé à la loupe partout dans le monde et singulièrement sur le continent africain. Les décisions de ses juges aussi, et depuis quelque temps, les décisions de son juge constitutionnel », a fait savoir le président de la Cour suprême du Bénin et président de l’Association africaine des hautes juridictions francophones.

Invité au colloque scientifique international sur le thème « La cour constitutionnelle, entre rupture et continuité », qui se tient à Cotonou du 11 au 13 septembre, il apprend que ses confrères africains sont surpris des décisions de la nouvelle mandature de la haute juridiction de son pays. Selon le président de l’Association africaine des hautes juridictions francophones, d’aucuns se posent des questions sur le travail de la Cour constitutionnelle du Bénin.

« Pour certains, aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur du Bénin, ce juge semble avoir sonné le glas de la démocratie au Bénin. Certaines des décisions du juge constitutionnel béninois ont en effet ébranlé bon nombre de juristes africains dans leur certitude scientifique », fait remarquer Ousmane Batoko.

Dans le même temps, apprend le juriste, des gens voient derrière les décisions du juge constitutionnel béninois, une nouvelle ère dans le domaine. « Pour d’autres, il s’agit plutôt d’une révolution jurisprudentielle constitutionnelle qui est en marche dans notre pays, parfaitement en phase avec sa réputation de laboratoire de la démocratie qui lui colle depuis de longues années », a souligné le président de la Cour suprême du Bénin.

Le juriste a saisi la tribune du colloque pour rappeler les valeurs qui fondent la Constitution béninoise du 11 décembre 1990. « Cette juridiction est le fruit de la volonté souveraine du peuple béninois qui a su trouver dans son génie propre, les ressources nécessaires pour réaffirmer son opposition à tout régime politique fondé sur l’arbitraire, la dictature, l’injustice et exprimé sa détermination de créer un Etat de droit et de démocratie pluraliste dans lequel les droits humains, les libertés publiques, la dignité de la personne humaine et la justice sont garantis, protégés et promus », a souligné Ousmane Batoko. Le colloque scientifique international sur la Cour constitutionnelle, ouvert mercredi 11 septembre 2019 à Cotonou ferme ses portes le 13 septembre.


  • sultan aziz
    il y a 1 mois

    batoko n'a qu'à faire attention...!!! De là qu'une commission d'enquete débarque pour vérifier la gestion financière de son ints....convoqué à la criet dans les jours à venir.....ça craint.. Nous ne sommes plus en démocratie...c'est la ruse,la rage et le cynisme.... J'espère qu'une fois encore...grace à dieu le genie beninois va nous surprendre..