Bénin/Législatives 2019 : de graves révélations de Jean-Baptiste sur des députés et la CENA

Olivier Ribouis
publié le 15 septembre 2019

Invité sur la radio Soleil fm, dans l’émission « Sans langue de bois », ce dimanche 15 septembre 2019, Jean-Baptiste Elias, le Président de l’Autorité nationale de lutte contre la corruption (ANLC)  a fait de graves révélations sur les élections législatives  du 30 avril 2019.

jean-baptiste-elias Jean-Baptiste Elias

C’est énorme ! Jean-Baptiste Elias a fait de graves révélations sur les élections législatives du 28 avril 2019. Invité dans l’émission « Sans langue de bois » sur la radio privée Soleil fm, il a dénoncé des irrégularités mettant en cause l’intégrité de la gestion du processus électoral. Selon l’invité de radio Soleil fm, il y a eu du deux poids deux mesures dans la gestion de l’organisation du scrutin à la Commission électorale nationale autonome (CENA).

Alors que l’on exige des opposants, le respect scrupuleux des textes, selon Jean-Baptiste Elias, il y a eu des largesses pour des candidats des blocs pro-Talon seuls à compétir. « Au Bénin, très peu de gens se conforment aux textes. Alors,  de ce point de vue, quand dans un camp, on trouve qu’il faut respecter les textes,  alors que dans l’autre camp on ne respecte pas les textes, ce n’est pas bien. Ça ne fait pas l’équilibre », a commencé par déploré Jean-Baptiste Elias. Exemple à l’appui, il illustre ce qu’il dénonce. « Au niveau du ministère de l’Intérieur, puisque nous sommes là, pour le récépissé ou bien pour le certificat de conformité, l’un ou l’autre ;  on n’a recalé des partis parce les statuts  et le règlement intérieur n’ont pas été signés. On n’a dit "vous n’êtes pas conformes", on les a mis de côté. Ensuite, on a recalé des partis et on ne leur a pas donné le certificat de conformité ni le récépissé parce qu’il y a eu des fautes au niveau des états civils des membres », a rappelé le président de l’ANLC.  

Il y a eu surtout les cas dits des erreurs de noms, des erreurs de dates de naissance  qui ont coûté l’invalidation des candidatures de l’opposition. « C’est très bien de l’avoir fait. Mais dans le même temps, nous sommes dans la même République, il faut que la même règle s’applique à tout le monde et dans tous les sens. Malheureusement, ça ne s’est pas passé comme ça ! », déplore-t-il à ce sujet.

Au niveau des états civils, Jean-Baptiste Elias a cité des noms de plusieurs députés élus au parlement qui seraient dans la situation dénoncée.  « Nous avons un candidat, il est écrit sur son certificat de résidence qu’il est né le 26 décembre 1984 à Grand-Popo. Sur son certificat de nationalité, le même candidat, il dit qu’il est né vers 1976 à Comè », signale l’invité de « Sans langue de bois ». A son propos, a-t-il ajouté « le même individu. Il est député élu à l’Assemblée nationale actuellement ». Des cas comme ce député sont légions à en croire Jean-Baptiste Elias.

En dehors des cas d’état civil,  il a aussi révélé celui d’un candidat qui n’a pas signé sa déclaration de candidature sur l’honneur, dont le dossier est passé et qui est actuellement au parlement. « Toujours dans ce que nous disons là, on a dit les gens n’ont pas signé leurs règlements et statuts, ils sont mis de côté. Mais, au niveau de la CENA, il y en a qui n’a pas signé sa déclaration sur l’honneur, comme quoi, il n’est candidat, il n’est membre d’aucun autre parti. Celui-là n’a pas signé, ça devient un tract m’ont dit les magistrats. Et pourtant ça a été validé. Tout ce que j’ai dit, j’ai les preuves en mains ».


  • Bbc
    il y a 29 jours

    Lui même il est corompu si ca ne sera pas à cette heure il va le dire. Medecin apres la mort.

  • Rgnambakpo
    il y a 28 jours

    Je regrette que vous ne vous êtes pas relu avant publication. Il n'est pas con et ne parle pas en l'air sans preuves palpables. Donc il a fallu un temps d'enquêtes et de recherches cher ami. Il serait corrompu qu'il n'aurait pas osé ces révélations. Désolé, il revient à la justice de s'autosaisir de cette affaire. Mais comme nous n'en avons plus de sérieuse ni rassurante, cette justice ne réagira point. Seulement, il reviendrait au ministre de l'intérieur et à la CENA de monter au créneau pour démentir ses révélations. Il n'est pas corrompu ce type. Je regrette.

  • Rober
    il y a 28 jours

    Je vous admire Mr Élias

  • Herman
    il y a 28 jours

    Vous êtes un 10 mr Elias Entk le second nom de Dieu c'est le temps

  • Herman
    il y a 28 jours

    Vous êtes un 10 mr Elias Entk le second nom de Dieu c'est le temps

  • Antoine SAGBO
    il y a 28 jours

    C'est du pure distraction comme a été le cas de K.A. Je nous remercie.

  • Issiaka
    il y a 21 jours

    Sans preuve il pouvais rien dire alors pas affaire de medecin apresl a mort