POLITIQUE 1 Commentaire

Bénin/Elections municipales : «Talon, nous allons le battre», défie Allassane Soumanou

Yao Hervé Kingbêwé
publié le 22 septembre 2019

Heureux de l’obtention par la FCBE de son récépissé provisoire, l’ex-ministre Allassane Soumanou Djemba a assuré que la formation politique de l’ancien président Boni Yayi va vaincre les partis pro-Talon aux prochaines joutes électorales.

A peine l’obtention par la Force cauris pour un Bénin émergent (FCBE) de son récépissé provisoire, certains cadres du parti ont déjà la tête à la bataille électorale à venir. Et ce, en dépit de la crise en gestation au sein de la formation politique de l’ancien président Boni Yayi après l’éviction de certains cadres du bureau exécutif national pour le récépissé.

Se prononçant sur l’obtention du document de reconnaissance de l’existence légale du parti FCBE, Allassane Soumanou Djemba, ex-ministre de Boni Yayi, s’est réjoui et s’est dit prêt pour les prochaines joutes électorales. « Pour ma part, il n’y a rien à faire. Je souhaite que nous allions aux élections », a déclaré Allassane Soumanou Djemba au micro de Golfe Tv Africa.

L’ancien ministre entend battre la mouvance du président Patrice Talon aux élections municipales, communales et locales. « Nous allons affronter Talon. Talon, nous allons le battre. Nous avons les forces, nous avons les militants à la base », a assuré l’ancien ministre de Boni Yayi.

Bloquer Talon

Loin de la scène politique depuis l’échec du candidat du parti à la présidentielle de mars 2016, Allassane Soumanou Djemba ne croit pas que cette longue absence sur le terrain joue contre lui.

« Moi Gatéri, il y a longtemps je n’ai pas été sur le terrain. Talon est un compétiteur mais il va rencontrer le Gatéri. Moi, je veux un vis-à-vis. Je suis prêt pour le combat », a insisté Allassane Soumanou Djemba pour qui l’ambition à cette bataille sur le terrain politique est claire : « Nous, nous voulons les élections pour bloquer Talon. Il faut qu’on l’arrête. Il ne peut pas gagner encore les élections communales ».

 


  • Séïdou
    il y a 21 jours

    Les populations de Djougou n'ont pas oublié son insolence et son arrogance outrancières. On l'attend sur le terrain. Celui qui traînait des véhicules bourrés d'argent volé au peuple et qui traversait Djougou avec girophares et toutes sirènes hurlantes. Celui qui n'avait aucun respect pour ces populations qu'il traitait à la limite de mendiants avec des discours orduriers. On l'attend. Il n'a rien compris. En tout cas, lui et ses pairs ne peuvent plus voler impunément l'argent du pays et se moquer du peuple.