POLITIQUE 0 Commentaire

Bénin/Dialogue politique : Mitokpè dénonce l’exclusion de l’opposition

Judicaël Kpehoun (Stag)
publié le 10 octobre 2019

L’ex-député Guy Mitokpè pense que le dialogue politique initié par le président Patrice Talon est une concertation entre les membres de la mouvance. Il s’est prononcé en marge de la rencontre des forces de la résistance, ce jeudi 10 octobre 2019.

guy-mitokpe-ex-depute Guy Mitokpè, ancien député et Secrétaire général du parti Restaurer l'Espoir (Opposition)

Un dialogue entre partis qui défendent la même cause. C’est la perception que Guy Mitokpè a du dialogue politique en cours au Bénin. « Ce qui se décide aujourd’hui, se décide sans la classe politique béninoise. Plus précisément contre les grands composants de la classe politique », laissé entendre l’ancien député et secrétaire général du parti le Restaurer l’espoir (RE).

Pour Guy Mitokpè, le dialogue initié par le président Patrice Talon n’est pas consensuel. Car, justifie-t-il, il ne rassemble pas toutes les formations politiques du pays. Dans ces explications, précise que même les partis proches du gouvernement de Patrice Talon sont bien conscients que les partis de l’opposition ne prennent pas à cette concertation.

« J’ai lu tout à l’heure un papier signé, mémorandum du parti du Renouveau démocratique du PRD. Et quand je lis entre les lignes, il a été dit que cette concertation à laquelle ils sont invités est une concertation à laquelle les trente composantes de l’opposition n’ont pas été conviées », expose Guy Mitokpè. Le gouvernement, insiste l’ancien député, a décidé de faire une concertation avec les membres de la mouvance.

La rencontre des forces de la résistance ce jeudi 10 octobre 2019 à Cotonou, fait savoir Guy Mitokpè, a pour but d’appeler l’opinion publique à témoin sur la situation de crise en cours au Bénin. « La finalité de la rencontre, c’est d’annoncer ou d’informer la communauté internationale, les partenaires du Bénin que la crise post-électorale, nous nous enlisons dans cette crise. Il n’y a pas encore de porte de sortie. Pour nous c’est un impératif que les uns et autres puissent savoir qu’il y a du chemin et qu’au lieu de chercher une porte de sortie, le gouvernement continue l’enlisement », a-t-il souligné.  


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci