POLITIQUE 1 Commentaire

Bénin/Nigéria: le gouvernement Talon écrit à l’administration Buhari après l’incident à Pobè et Igolo

Yao Hervé Kingbêwé
publié le 17 novembre 2019

Le ministre béninois des Affaires Étrangères a saisi son homologue nigérian par écrit suite à l’incident survenu jeudi 14 novembre 2019 à Pobè et Igolo où des boutiques de riz ont été attaquées par des hommes venus du Nigéria.

aurelien-agbenonci Aurelien Agbénonci, ministre béninois des Affaires étrangères

Lettre de mécontentement du Bénin au Nigéria. Outre la convocation samedi 16 novembre de l’Ambassadeur du Nigéria à Cotonou par le ministre béninois des Affaires Etrangères, une correspondance a également été adressée par les autorités béninoises au ministre nigérian des Affaires Etrangères.

« J’ai saisi, par écrit, mon collègue du Nigéria », a confié le ministre béninois des Affaires Étrangères, Aurelien Agbenonci, au micro de la télévision nationale (ORTB). Le ministre Agbénonci apprend avoir fait part aux autorités nigérianes de la déception du gouvernement du Bénin suite à un incident survenu à Pobè et Igolo, communes frontalières du Bénin.

Dans ces deux localités à proximité de la frontière commune entre le Bénin et le Nigéria, des actes de grands banditisme ont été enregistrés jeudi 14 novembre 2019. Des individus non encore identifiés venus du côté nigérian ont pillé des boutiques de riz sur le territoire béninois.

Un acte qui, dans le contexte de fermeture des frontières entre les deux pays entre autres pour raison de contrebande, a suscité la colère des autorités béninoises. « Nous sommes des pays frères mais il y a des limites qu’il ne faut pas dépasser », a fermement déclaré Aurelien Agbénonci.

 


  • EFELDÉ
    il y a 25 jours

    L'habit ne fait pas le moine, dit on. Les personnes habillées en militaires qui ont pillé les stocks de riz à Igolo et Pobè sont probablement des hommes de main des opérateurs véreux aussi bien du Bénin que du Nigeria et contrebandiers en chef qui fatigués d'attendre la réouverture des frontières pour la reprise de leurs activités délictueuses. Patience et sérénité. Attendons la suite des enquêtes. Patience et sérénité !