POLITIQUE 1 Commentaire

Bénin /Opposition à Talon : les reproches de Azannaï à la Résistance

Falilatou Titi
publié le Jan 12, 2020

A l’ouverture du conseil national de son parti, ce dimanche 12 janvier 2020 à Cotonou, Candide Azannaï a parlé d’une raison de la main forte du pouvoir du président Patrice Talon.

candide-azannai Candide Azannaï, Opposant au régime Talon et président du parti Restaurer l'Espoir

Si les principes de base de la démocratie, de l’état de droit et des libertés individuelles sont bafoués, ce n’est pas parce que le régime de la rupture est trop fort. En tout cas c’est ce que soutient Candide Azannaï, président du parti Restaurer l’Espoir (RE). Pour l’ex-ministre délégué à la défense, du président Patrice Talon, devenu opposant depuis 2017, c’est parce que le camp d’en face n’est pas assez organisé, que le Bénin traverse certaines situations, notamment d’ordre politique.

« Ce n’est pas Talon qui fort, ce n’est pas la rupture qui est forte », a martelé Candide Azannaï, devant les professionnels des médias et les militants de son parti, venus des 12 départements du Bénin. Selon lui, si jusqu’ici, la résistance au pouvoir Talon n’a permis d’atteindre les résultats escomptés, ce n’est pas parce que le chantre de la rupture et ses alliés sont plus tenaces que les acteurs de l’opposition. « C’est le casting politique qui lui fait face qui n’existe pas, qui est mauviette. C’est ce casting qui est un casting de jouisseurs de comédiens, de ceux que j’appelle Bobodioufs », a regretté l’ex-ministre de Patrice Talon.

Pour l’opposant, « résister, c’est s’organiser ». Car, explique-t-il, la résistance c’est l’expression du mécontentement populaire « contre le régime pervers, despotique pour la réhabilitation de l’état de droit et pour la promotion et le rétablissement de la démocratie ». S’adressant aux responsables de sont parti, il a souhaité qu’à l’issue des assises, une stratégie et une organisation disciplinée de la résistance soit définie et désigner les figures qui vont incarner ce combat du peuple.

« Les traitres, ceux qui sont corrompus, on ne les met pas devant, ceux qui ont trop de dossiers, on ne les met pas dedans, ceux qui sont dans des complicités douteuses, on ne les met pas dedans, ceux qui ont failli, ceux qui sont faibles, on ne peut pas les mettre dedans, les comédiens, les roublards, on ne les met pas dedans », a indiqué le président de RE. Pour lui, « la figure du mécontentement populaire doit être crédible, courageuse ».


  • Josué ATCHOUKE
    il y a 5 jours

    Que du verbiage du pipo et du plagiat, on t'a déjà trop entendu dire. Ces disques sont raillés hier les partisans du parti au pouvoir étaient traités de klébé mais aujourd'hui ceux de l'opposition ou de la résistance sont des bobodiouf. Mais lui même Candide est quoi dans tout cela ???? Tout flatteur vit au dépend de celui qui l'écoute. S'il ne reste que toi seul dans la résistance et continu de ne voir que du mal partout, alors mon cher ami pose toi des questions. Ton jeu de faiseur de roi a connu de naufrage et ne sera même pas secouru par conséquent tu es politiquement mourant. Bon début de semaine à tous