POLITIQUE 0 Commentaire

Bénin /Elections communales : choc Félicien Fangnon et Stanislas Houngbédji sur Tempo Afric

Yao Hervé Kingbêwé
publié le Feb 2, 2020

Un débat relatif aux élections municipales oppose Félicien Fangnon, membre de la jeunesse de l’Union progressiste (UP) et Stanislas Houngbédji, membre de l’Union sociale libérale (USL) sur Tempo Afric Tv.

Un choc avant la bataille sur le terrain électoral en vue des municipales et communales. Ce dimanche 02 février, Félicien Fangnon, journaliste et membre de la jeunesse de l’Union progressiste et Stanislas Houngbédji, membre de l’Union sociale libérale, parti de l’opposant et homme d’affaires Sébastien Ajavon sont l’un face à l’autre sur le plateau de l’émission Insight Africa de Tempo Afric Tv.

L’émission animée par Arouna Souleyman porte sur le thème : « Elections municipales : piège de Patrice Talon à l’opposition ou la volonté de du pouvoir Talon à vouloir mettre fin à l’exclusion de l’opposition aux prochaines échéances électorales ?

Comme on pouvait se l’imaginer, les positions des deux invités sont tranchées sur la question. Pour Félicien Fangnon, le chef de l’Etat a montré sa bonne foi de voir toutes les formations politiques qui ont une existence légale prendre part au scrutin du 17 mai prochain. Mieux, souligne le jeune acteur de la mouvance présidentielle, le président Patrice Talon a instruit les ministres dont les services sont impliqués dans l’organisation des élections aux fins qu’ils facilitent l’obtention des différentes pièces nécessaires pour la constitution de dossier de candidature à tous ceux qui en font la demande. Dans cette optique, il convie l’Union sociale libérale qui a annoncé qu’elle boycotterait le scrutin à faire les formalités pour avoir une existence légale et prendre part aux élections. « Le jeu démocratique, ce n’est pas la politique de la chaise vide », a-t-il lancé à l’endroit de son contradicteur.

« C’est une mascarade »

Les prochaines élections communales sont une mascarade est convaincu de son côté Stanislas Houngbédji. Pour l’opposant, « le jeu n’est pas ouvert » pour que l’opposition prenne part aux élections communales. Stanislas Houngbédji affirme que participer aux élections à venir ce serait donner une caution au chef de l’Etat afin qu’il « nomme » depuis la présidence les maires.  

 


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci