POLITIQUE 1 Commentaire

Bénin /Justice : des charges contre Lionel Zinsou abandonnées par le procureur

Ozias Hounguè
publié le Feb 4, 2020

Au Bénin, lors d’une nouvelle audience dans le procès en appel de l’affaire de dépassement de dépenses de campagne, le ministère public a demandé à la Cour d’abandonner des charges contre l’ex-premier ministre Lionel Zinsou.

Lionel Zinsou peut nourrir des espoirs dans le dossier de dépassement de dépenses de campagne dans lequel il a été condamné en août 2019 par le tribunal de Cotonou. Lors d’une nouvelle audience ce mardi 04 février devant la Cour d’appel de Cotonou, le ministère public a demandé l’abandon de certaines charges qui pesaient contre l’ancien premier ministre béninois et challenger du président Patrice Talon à la présidentielle de mars 2016. Il s’agit notamment des chefs d’accusation de faux et usages de faux. S’agissant de l’autre chef d’accusation de dépassement de dépenses de campagne, il a été maintenu par le ministère public contre le banquier d’affaires.

« Aucune infraction dans ce dossier »

Pour Me Robert Dossou, avocat de l’ancien premier ministre, le « réquisitoire du procureur est une lueur d’espoir ». Car, souligne Me Robert Dossou, « il n’y a dans ce dossier aucune infraction ». L’avocat pense même qu’il n’y a aucun commencement de preuves. Dans sa plaidoirie, l’ancien bâtonnier soutient qu’une partie des pièces à conviction dont l’acte notarié évoqué par le ministère public et qui a conduit à la condamnation de Lionel Zinsou devant le tribunal de première instance n’existe pas. « Je n’ai jamais vu dans un procès qui oppose deux parties, une seule partie posséder une pièce qui accuse sans que l’avocat de l’accusé ne soit en possession », a déclaré Me Robert Dossou.

Dans ce dossier, l’avocat de Lionel Zinsou dénie d’ailleurs le droit de poursuite de son client au procureur de la République. Pour lui, seuls les juges de la Cour suprême devraient pouvoir poursuivre son client. De ce fait, l’avocat demande à la Cour d’abandonner l’ensemble des poursuites contre son client et d’annuler le jugement prononcé le 02 août dernier par le tribunal de première instance de Cotonou.  


  • Dododji
    il y a 2 mois

    Dieu protège notre peuple contre les abus de certains d'entre nous. Que Dieu veille sur le Benin parce que nous sommes un peuple pacifique et intelligent. Ceux qui veulent profiter de leurs positions pour rendre comote à leurs concitoyens seront traînés un jour devant le tribunal de l'histoire.