POLITIQUE 1 Commentaire

Bénin : des jeunes « souhaitent un peu de dictature », selon Dandi Gnamou

Donald Kévin Gayet (Stag.)
publié le Feb 22, 2020

Agrégée des Facultés de droit, Dandi Gnamou a fait un constat pas très gai au sujet de l’expérience démocratique au Bénin. Dans un entretien avec le quotidien Fraternité, elle apprend que 30 ans après la Conférence nationale, des jeunes béninois désenchantés par la démocratie souhaitent « un peu de dictature ».

dandi-gnamou Dandi Gnamou

Des jeunes béninois qui développent de plus en plus une préférence à la dictature. C’est le constat que ressort le professeur Dandi Gnamou dans une interview accordée à Fraternité sur les 30 ans de vie démocratique du Bénin. Selon l’agrégée des facultés de droits les jeunes qui n’ont pas suivi « les affres des régimes dictatoriaux » ont de plus de plus la tendance à en faire l’apologie. Cela, a-t-elle indiqué, est révélé par des études pointant « un désenchantement démocratique, par ailleurs mondial, à cause de la difficulté des gouvernants à répondre aux besoins des populations ».

En dehors des études, selon l’Universitaire, il y a ces jeunes parmi ses étudiants. « Ce désenchantement amène maladroitement, certains jeunes, dont mes étudiants qui n’ont pas subi les affres des régimes dictatoriaux, à "souhaiter un peu de dictature", parce que "les Béninois seraient indisciplinés" », renseigne Dandi Gnamou.  

Depuis le 19 février, les Béninois célèbrent le 30è anniversaire de la Conférence nationale des forces vives qui a sorti le pays de 17 ans de dictature sous l’ex-Président feu Mathieu Kérékou. Même si elle trouve « positif à bien des égards » le bilan de 30 ans d’expérience démocratique, selon Dandi Gnamou, « l’idéal démocratique des élections régulières, libres et transparentes a été bien souvent dévoyé ». Une situation qui déplore-t-elle, a généré un modèle démocratique qui elle-même a créé « des compromissions et marchandages tant au niveau de l’élite intellectuelle que politique qui pervertit le sens de la démocratie et freine le développement économique et social ».


  • Atohoun
    il y a 1 mois

    Qu'est-ce qu'elle fumé, cette dame ? Si son groupuscule étudiants représente un courant d'opinion à considérer, pourquoi ne tient-elle pas compte du courant, bien plus important et qui s'exprime tous les toits en faveur d'un retour à la démocratie ? Faites u' référendum honnête et on sera tous fixés sur ce que veulent les beninois.