POLITIQUE 1 Commentaire

Code électoral : « le parti a désormais son œil » dans la gestion des communes

Ozias Hounguè
publié le Jun 3, 2020

Membre fondateur de l’UP, Abraham Zinzindohoué a déclaré que la nouvelle modification du code électoral vient régler des problèmes de gouvernance notamment l’encadrement des exécutifs des communes par les partis politiques.

abraham-zinzindohoue Abraham Zinzindohoué

Abraham Zinzindohoué apprécie le bien fondé de la modification du code électoral. Sur l’émission « Actu Matin » de Canal 3, l’ancien président de la Cour suprême du Bénin a souligné que la modification du code électoral devrait permettre aux partis politiques d’avoir leur mot à dire dans la gestion des communes du Bénin.

« Ça veut dire qu’il y a l’encadrement désormais des partis au niveau des exécutifs des communes. Les gens ne sont plus laissés à vau-l’eau et tout-puissant », a soutenu Abraham Zinzindohoué.

Pour ce responsable du parti Union progressiste (UP), la nouvelle modification du code électoral ne laisse pas le champ libre aux maires de faire ce qu’ils veulent dans la gestion de leurs communes. « Quand c’est une commune BR ou UP, on vise cette commune et ce parti est jugé, évalué à travers la performance de son exécutif. Le parti a désormais son œil », a-t-il insisté.

 Il a ajouté que les destitutions qui se faisaient uniquement au niveau des conseillers se feront désormais sous la vigilance des partis majoritaires au niveau de chaque commune. « Le parti peut être à l’initiative d’une destitution quand il sait que son maire est en train de mal gérer. La loi explicative a mieux fait en cela », a poursuivi Abraham Zinzindohoué.

Les députés ont modifié mardi 2 juin 2020 certaines dispositions du code électoral portant sur l’élection des nouveaux maires et de leurs adjoints. Désormais les conseillers communaux ne pourront plus élire directement le maire et ses adjoints.  Il revient aux instances du parti majoritaire de désigner les candidats au poste de maire et d’adjoints.

Dans les communes où les partis arrivent à égalité en nombre de sièges, le choix revient aux nouveaux conseillers d’élire le maire et leurs adjoints par un « accord de gouvernance communale », précise la loi portant modification et interprétation du code du code du 15 novembre 2019.


  • Rekoun
    il y a 1 mois

    Du grand banditisme