POLITIQUE

Présidentielle 2021: le gouvernement répond à la société civile sur le parrainage

( words)

Interrogé sur la suppression du parrainage, le porte-parole du gouvernement béninois, Alain Orounla a déclaré que les futurs candidats à la présidentielle de 2021 au Bénin peuvent démarcher « des maires et des députés » pro-Talon.

alain-orounlaAlain Orounla, ministre de la Communaication, porte-parole du gouvernement béninois

 

Le ministre de la communication et porte-parole du gouvernement fait des propositions à l’opposition  pour obtenir des parrainages après des critiques de la société civile. Lors du traditionnel point de presse du conseil des ministres mercredi 9 septembre 2020 à Cotonou, le ministre Alain Orounla a répondu aux critiques de dix organisations de la société civile qui ont souhaité la suppression du parrainage des dispositions électorales avant les présidentielles de 2021.

« Le parrainage qui résulte d'une réforme est un critère qui donne tout son sens à la réforme du système partisan », a réagi dans un premier temps Alain Orounla. Il a expliqué que « le parrainage est à tort considéré comme un verrou alors qu'il s'agit ni plus ni moins d'un filtre qui fait barrage aux candidatures pléthoriques et fantaisistes ».

Dix organisations de la société civile ont lancé vendredi 04 septembre 2020, un mouvement dénommé « Laissez-moi choisir 2021 ». Elles avaient alors demandé au chef de l’Etat, Patrice Talon et au parlement la suppression urgente du parrainage avant la présidentielle de 2021. Ces organisations estiment qu’à l’état actuel des choses, les candidats de l’opposition ne peuvent pas obtenir de parrainages (parce qu'ils ne sont pas représentés au parlement et l'opposition n'a que 6 mairies sur 77, Ndlr). Les conditions de parrainage, soulignent les dix organisations, sont essentiellement « crisogènes et lui confèrent un potentiel élément déclencheur de violences lors de la présidentielle » prochaine.

Selon le porte-parole de l’exécutif béninois, les prétendants au fauteuil présidentiel en 2021  « sont libres de démarcher les députés et maires » pour obtenir le parrainage. « Quand je dis "démarcher", c'est d'entreprendre des démarches et convaincre ces élus de leur conférer ce parrainage », a-t-il laissé entendre.

Le ministre de la communication assure que pour cette élection, « les jeux sont ouverts de sorte qu'il ne paraît pas inopportun d'ouvrir un front sur ce parrainage ». Il a ajouté que « cette méthode de sélection « parrainage, Ndlr » a bien fonctionné dans des pays considérés comme « démocratiques ». Pour Alain Orounla, le débat  actuel autour du parrainage n'est pas opportun. « Ces acteurs ont bien tort de penser que cela ne peut pas fonctionner dans notre pays », a poursuivi le ministre.

Banouto Digital

Vous aimez une presse libre et de qualité. Alors offrez-vous un accès illimité à Banouto Digital en souscrivant à un des abonnements moins chers.
1500 F CFA/mois ou 15.000 F CFA/An.

Abonnez-vous

A lire aussi ...