POLITIQUE

Crise au Mali : la CEDEAO et la junte militaire se quittent dos à dos à Accra

( words)

A Accra, la rencontre entre la junte militaire au pouvoir au Mali et les Chefs de d’Etat de la CEDEAO s’est achevée mardi 15 septembre 2020 sans aucun accord entre les deux parties. 

dirigeants-cedeao

Pas d’accord signé entre la junte malienne et la CEDEAO. Les chefs d’Etat et de Gouvernement de l’institution sous-régionale ont rejeté mardi 15 septembre 2020 les propositions de la délégation du Conseil national pour le salut du peuple (CNSP) dirigé par le colonel Assimi Goïta. La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) reste campée sur sa position.

Pour l’institution, avant la levée des sanctions contre le Mali, il faut d’abord la désignation d’un Président et d’un premier ministre civils pour assurer une transition de 12 mois maximum. « (…) dès que ceux-ci (le président et le premier ministre, tous des civils, ndlr) seront désignés, nous allons lever les sanctions. Je souhaite que la junte fasse l’effort nécessaire avec tous les acteurs pour arriver à une solution consensuelle le plus rapidement possible », a déclaré Alassane Ouattara rapporté par RFI à la sortie de la réunion. 

Pour sa part, la junte militaire qui a pris le pouvoir le 18 août 2020 a défendu le contenu de la charte de transition adoptée à la suite de la concertation nationale des 10, 11 et 12 septembre 2020 à Bamako. Un document qui souhaite une transition de 18 mois et le choix d’un président et d’un Premier ministre de la transition qui peuvent être des militaires ou des civils. Selon les informations de RFI, le colonel Assimi Goïta n’a pas cédé après le rejet de ses propositions. Il a juste dit aux dirigeants ouest-africains qu’il fera le point de la séance une fois à Bamako.

La rencontre du mardi 15 septembre 2020 a duré près de deux heures de temps mais à huis clos.  A la sortie, le colonel Assimi Goïta n’a pas accordé d’interview à la presse. Suite au renversement du régime de Ibrahim Boubacar Kéïta, mardi 18 août 2020, la CEDEAO avait décidé de la fermeture des frontières terrestres, aériennes et maritimes des pays membres avec le Mali. L’organisation sous régionale avait également suspendu toutes les relations économiques, financières et commerciales avec le pays, suit.

Banouto Digital

Vous aimez une presse libre et de qualité. Alors offrez-vous un accès illimité à Banouto Digital en souscrivant à un des abonnements moins chers.
1500 F CFA/mois ou 15.000 F CFA/An.

Abonnez-vous

A lire aussi ...