POLITIQUE

Présidentielle 2021 : Wanep Bénin prépare le suivi pour une élection apaisée

( words)

Le réseau Wanep Bénin a procédé vendredi 25 septembre 2020 au lancement de son projet dénommé : ‘’Suivi, analyse et atténuation de violence électorale’’ (EMAM) pour une présidentielle 2021 apaisée.

wanep

 

Wanep s’affaire pour des élections présidentielles 2021 sans risques de violences au Bénin. Le réseau a lancé vendredi 25 septembre 2020 à Cotonou son projet : ‘’Suivi, analyse et atténuation de violence électorale’’ (EMAM). A travers l’initiative, il entend accompagner l’organisation de la présidentielle avec la mise en place d’un certain nombre d’outils développés à travers les pays d’Afrique de l’Ouest. Des outils qui peuvent aider à atténuer les risques et menaces de violences identifiés au cours du processus par des recommandations et réponses possibles.

Dans le cadre de l'exécution du projet, Wanep-Bénin a, au cours de la même réunion, installé et lancé les activités du comité de veille et de suivi des réponses électorales. Il est constitué d’organisations de la société civile et de 10 personnalités de profils différents provenant d’institutions différentes.

Encore appelé Groupe national de réponses électorales (GNRE), ce comité a pour rôle d’analyser  les rapports d’alerte précoce qui lui seront soumis par Wanep-Bénin, sur la base des données collectées par les moniteurs déployés sur le terrain selon la cartographie des zones à risques.

Un projet salutaire

fatoumata-batoko

Présidente de la plateforme des organisations de la société civile du Bénin, Fatoumatou Batoko Zossou a rappelé l’urgence de l’exécution du projet EMAM. « Nous qui au Bénin, nous disions que nous avons fait du chemin et qu’il y a des erreurs que nous ne pouvons pas faire, nous qui nous réclamons d’une démocratie exemplaire, je crois que le temps nous a permis et nous a enseigné qu’il faut que nous fassions attention », a averti Fatoumatou Batoko Zossou. Pour elle, les élections législatives de 2019 ont permis à la plateforme des OSC qui se disait compétente, de connaitre ses limites.

« C’est pourquoi j’apprécie à sa juste valeur ce projet EMAM qui nous permettra de renforcer notre capacité, (…) de comprendre davantage ce qu’il y a à faire en amont comme en aval », a déclaré la présidente de la plateforme des OSC du Bénin. Le projet EMAM est mis en place depuis 2016 par Wanep régional dans près de 11 pays. 

« Ce projet cherche à contribuer à une réduction de la violence électoral en Afrique du l’Ouest grâce au renforcement des capacités nationales et régionales pour des processus électoraux pacifiques », alaissé entendre Levinia Addae-Mensah,directrice des programmes du Wanep régional est revenue sur les objectifs du projet. Elle a ensuite cité les pays de l’Afrique de l’Ouest dans lesquels les « précieuses contributions » de ce projet ont amené à «l’atténuation de la violence électorale ».

La directrice des programmes cite pêle-mêle la Guinée-Bissau, le Mali, le Togo et la Guinée. Levinia Addae-Mensah a, pour finir, salué les efforts des membres de Wanep-Bénin pour conduire le projet malgré la pandémie du coronavirus. 

Dialogue, conciliation et consensus

Véronique Janssen, la cheffe adjointe de la délégation de l’Union européenne, association qui a financé le projet EMAM, a d’abord fait observer l’appui fourni par son institution au cours des dernières années pour le renforcement du dispositif électoral au Bénin. A l’endroit des membres du Groupe de réponses, elle a fait savoir qu’ils incarnent désormais l’état d’esprit du projet fondé sur «le dialogue, la conciliation et la recherche de consensus».

Représentant du ministre de l’intérieur et de la sécurité publique du Bénin, Martin Kakpo Tomavo a, quant à lui, rapporté la volonté de Saka Lafia de soutenir le projet. « Mon département ministériel serait heureux de recevoir périodiquement les alertes et les conclusions du Groupe national de réponses électorales et de contribuer au besoin à des réponses en fonction de ses moyens », a-t-il souligné.

Le projet Emam est financé par l’Union Européenne (UE) à un coût global de 400 millions d’euros sur 4 ans soit de 2018 à 2022.

 

 

Banouto Digital

Vous aimez une presse libre et de qualité. Alors offrez-vous un accès illimité à Banouto Digital en souscrivant à un des abonnements moins chers.
1500 F CFA/mois ou 15.000 F CFA/An.

Abonnez-vous

A lire aussi ...