POLITIQUE

Droits de l’Homme : Talon reçoit le premier rapport de la Commission béninoise

( words)

La Commission béninoise des droits de l’homme (CBDH) a remis au Président de la République, Patrice Talon, comme prévu par la loi, son rapport sur l’état des droits de l’homme au Bénin. C’était ce mardi 6 octobre 2020, au palais de la Marina.

patrice talon

Le Chef de l’Etat a reçu le premier rapport de la Commission béninoise des droits de l’homme (CBDH). Le document, qui fait l’état des droits de l’homme au Bénin au titre de l’année 2019, lui a été remis ce mardi 06 octobre 2020 au palais présidentiel. Le président de la Cbdh, Isidore Clément Capo-Chichi rapporté par des services de la Présidence, a exposé une synthèse du contenu du rapport.

Le document met en exergue que «Des violations de droits des citoyens ont été constatées par nous-même en tant que mécanisme national complémentaire conçu pour veiller à ce que les droits de tous les citoyens soient pleinement protégés.»

De même, les commissaires ont mis en exergue des « progrès significatifs réalisés » par le gouvernement pour « la jouissance des droits ».

L’objectif est de l’encourager à « poursuivre les efforts en vue du respect, de la protection et de la réalisation, c'est à dire la mise en œuvre desdits droits. Ce sont les droits (civils, politiques, économiques, sociaux et culturels), plus spécifiquement des droits catégoriels (enfants, femmes, personnes vulnérables, personnes âgées, personnes vivant avec un handicap, les personnes en détention) et bien entendu le droit au développement et le droit à la paix. »

Le président de la commission a également formulé plusieurs recommandations. Il a saisi cette opportunité pour formuler au président de la république une série de doléances pour l’amélioration des conditions de travail à la commission béninoise des droits de l’homme.

« Ce premier rapport est aussi le premier test de crédibilité de la Commission, dans sa capacité à observer et reporter sans la moindre influence, notre pratique des droits humains », a déclaré le président Patrice Talon.

Le Chef de l’Etat a souligné que la CBDH « n’a pas vocation à se substituer à la Cour constitutionnelle et aux juridictions compétentes pour juger les violations des droits de nos concitoyens, mais son rôle d’accompagnement de l’action de l’Etat pour la protection des droits humains, par l’appui constructif qu’elle peut apporter aussi bien aux citoyens qu’aux institutions de la République en vue de consolider nos acquis démocratiques, est d’importance. »

Banouto Digital

Vous aimez une presse libre et de qualité. Alors offrez-vous un accès illimité à Banouto Digital en souscrivant à un des abonnements moins chers.
1500 F CFA/mois ou 15.000 F CFA/An.

Abonnez-vous

A lire aussi ...