POLITIQUE

Parrainage Présidentielle 2021 Bénin: « en politique il n’y a pas de cadeau »

( words)

Invité sur l’émission « 90 minutes pour convaincre » de la radio nationale, le député Abdoulaye Gounou a soulevé un détail sur le parrainage des candidats à la présidentielle de 2021 au Bénin.

abdoulaye-gounou

Abdoulaye Gounou, président du goupe parlementaire Bloc Républicain

 

De plus en plus, les conditions de parrainage des candidats à la présidentielle de 2020 au Bénin se précisent. Selon la Commission électorale nationale autonome (CENA), le parrainage des présidentiables est « individuel ». Conformément à l’article 132 du code électoral, chaque élu (maire ou député) va parrainer un candidat de son choix.

Si depuis l’adoption de la constitution modifiée et du nouveau code électoral, des voix se lèvent pour dénoncer cette disposition « exclusive », dans le contexte béninois (zéro parti d’opposition au parlement et seulement un parti d’opposition à la tête de 6 maires sur 77), désormais les craintes s’amoindrissent. En tout cas, au regard de la lecture de la CENA, les 159 parrains seront libres de choisir quel présidentiable porter.

Le dimanche 11 octobre 2020, sur l’émission « 90 minutes pour convaincre » de la radio nationale, le président du groupe parlementaire Bloc républicain (BR), a laissé entendre qu’il ne saurait empêcher à un député de son parti de parrainer un candidat si son projet de société est intéressant. Pour Abdoulaye Gounou les parrainages seront individuels mais les présidentiables devraient savoir donner le meilleur d’eux pour convaincre les élus (maires et députés) qui ne sont pas forcément de leurs bords politiques. « En politique, il n’y a pas de cadeau », a prévenu le député proche du pouvoir.

Sur la question de la relecture du code électoral pour « supprimer » la disposition sur le parrainage, comme le souhaitent plusieurs acteurs politiques et de la société civile, le parlementaire maintient sa position. « Je persiste et je signe que c’est impossible », a-t-il martelé. Abdoulaye Gounou soutient son point de vue par l’article 2 du protocole additionnel de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sur la bonne gouvernance et la démocratie qui stipule :« Aucune réforme substantielle de la loi électorale ne doit intervenir dans les six (6) mois précédant les élections, sans le consentement d’une large majorité des acteurs politiques ».

Selon le député du BR, dans le contexte béninois, il est « impossible » de trouver le consensus avant la présidentielle de 2021. « Il vaut mieux ne pas en rêver », a-t-il laissé entendre.  Le prochain scrutin présidentiel est prévu pour se tenir le 11 avril 2021 selon la loi modificative de la constitution du 11 décembre 1990.

Banouto Digital

Vous aimez une presse libre et de qualité. Alors offrez-vous un accès illimité à Banouto Digital en souscrivant à un des abonnements moins chers.
1500 F CFA/mois ou 15.000 F CFA/An.

Abonnez-vous

A lire aussi ...