POLITIQUE

Bénin : CIVICUS, un nouveau rapport accablant sur le recul des libertés

( words)

Dans un nouveau rapport de CIVICUS sur le recul des libertés démocratiques en Afrique de l’Ouest à l’approche des élections, le Bénin est épinglé tout comme la Guinée, la Côte d’Ivoire, le Togo.

benin-civicus-recul-libertes-democratiques

Le Bénin n’est pas encore au bout du rouleau avec les regards dépréciatifs sur le niveau des libertés dans le pays. Quelques jours après la triste nouvel de son retrait de la liste des pays d’origines sûrs par l’OFPRA, le Bénin fait figure de mauvais élève dans un rapport sur les libertés  démocratiques en Afrique de l’Ouest.

Dans le tout nouveau rapport qui vient de paraître en octobre 2020, CIVICUS, une organisation internationale à but non lucratif, qui se décrit comme "une alliance mondiale dédiée au renforcement de l'action citoyenne et de la société civile dans le monde  a constaté que « les libertés civiles et politiques sont en recul en Afrique de l’Ouest à l’approche des élections présidentielles ». La Côte d’Ivoire, le Burkina Faso, le Niger, le Bénin, le Togo montrent des signes de violation des libertés selon le rapport de 63 pages dont Banouto a obtenu copie.

En ce qui concerne le Bénin, CIVICUS note trois principales violations de l'espace civique. Il s’agit de la «  Décision de 2020 de retirer aux particuliers et aux organisations non gouvernementales la possibilité de saisir la Cour de justice de la CEDEAO et la Cour africaine des droits de l'homme et des peuples », la « Persécution judiciaire des blogueurs, journalistes et militants, notamment en vertu du Code du numérique de 2018 », les «  Élections d'avril 2019 entachées de violations : coupure d'Internet, usage excessif de la force lors des manifestations, interdictions de manifester, assassinats et arrestations de manifestants. »

A moins de sept mois de la prochaine présidentielle d’avril 2021, l’organisation s’inquiète d’un contexte politique pas très rassurant. « Le Bénin se dirige vers une élection présidentielle difficile en avril 2021, peut-être sans la participation des candidats de l'opposition », lit-on dans le rapport. Un défenseur des droits humains interrogé dans le cadre de l’élaboration de ce rapport a pu confier que « d'une élection troublée à l'autre, la peur s'installe. ».

Banouto Digital

Vous aimez une presse libre et de qualité. Alors offrez-vous un accès illimité à Banouto Digital en souscrivant à un des abonnements moins chers.
1500 F CFA/mois ou 15.000 F CFA/An.

Abonnez-vous

A lire aussi ...