POLITIQUE

3e mandat : Macron blâme Condé et adoube Ouattara

( words)

Emmanuel Macron, s’est exprimé sur les troisièmes mandats de Alassane Ouattara et d’Alpha Condé. Le président français ne « met pas le cas de la Guinée et celui de la Côte d’Ivoire dans la même catégorie ».

Emmanuel Macron et Alassane Ouattara à Paris

Il n’y a pas de similitude entre les troisièmes mandats de Alassane Ouattara et de Alpha Condé. Emmanuel Macron en a la certitude. Dans une interview au magazine Jeune Afrique, le président français s’est exprimé sur les modifications constitutionnelles et a indiqué qu’il ne « met pas le cas de la Guinée et celui de la Côte d’Ivoire dans la même catégorie ».

Emmanuel Macron pense « la situation est grave en Guinée, pour sa jeunesse, pour sa vitalité démocratique et pour son avancée ». Le président français en convaincu que, Alpha Condé a modifié la loi fondamentale de son pays dans le seul dessein de se maintenir au pouvoir. « Le président Condé a une carrière d’opposant qui aurait justifié qu’il organise de lui-même une bonne alternance. Et d’évidence, il a organisé un référendum et un changement de la constitution uniquement pour pouvoir garder le pouvoir », a fait savoir Emmanuel Macron.

Le chef de l’Etat français a indiqué que c’est pour cette raison qu’il n’a pas encore adressé de lettre de félicitations à Alpha Condé pour sa réélection. Une sorte de blâme du président français contre Alpha Condé.

Ouattara : une candidature de « devoir »

En Côte d’Ivoire, Emmanuel Macron assure que Alassane Ouattara ne voulait pas de briguer un troisième mandat. « Je vous dis, de manière sincère, qu’il ne voulait pas se représenter pour un troisième mandat », a déclaré le président Macron indiquant que Alassane Ouattara s’est présenté par obligation. « Je vous le dis : je pense vraiment qu’il s’est présenté par devoir », s’est exprimé Emmanuel Macron.

Le président français rappelle que Alassane Ouattara avait annoncé en mars 2020 sa volonté de ne pas briguer un nouveau mandat à la tête de la Côte d’Ivoire. « Un candidat avait été désigné pour lui succéder : le premier ministre Amadou Gon Coulibaly. Mais à quelques semaines de l’échéance, il s’est retrouvé dans une situation exceptionnelle avec le décès de ce dernier », a dit Emmanuel Macron.

A la suite de ce décès, Alassane Ouattara n’avait pas d’autres choix, en est persuadé Emmanuel Macron. « Dans l’absolu, j’aurais préféré qu’il n’y ait une autre solution, mais il n’y en avait pas ».

 

 

Banouto Digital

Vous aimez une presse libre et de qualité. Alors offrez-vous un accès illimité à Banouto Digital en souscrivant à un des abonnements moins chers.
1500 F CFA/mois ou 15.000 F CFA/An.

Abonnez-vous

A lire aussi ...