POLITIQUE

Demande d’extradition de Guillaume Soro: ses avocats brandissent des éléments contre Ouattara

( words)

Le collectif des avocats de l’ancien président de l'Assemblée nationale de la Côte d’Ivoire, Guillaume Soro a réagi à la demande d’extradition de leur client. C’est à travers un communiqué en date du lundi 23 novembre 2020.

guillaume-soro

Guillaume Soro

 

Les avocats de Guillaume Soro ne digèrent pas sa demande d’extradition formulée par l'Etat ivoirien. Dans un communiqué en date du lundi 23 novembre 2020, ils ont dénoncé une manœuvre contre leur client.

« Le 21 novembre 2020, le ministre de la justice Samsan Kambile a adressé au ministre des affaires étrangères de la Côte d’Ivoire une demande de transmission aux autorités françaises des mandats d'arrêts émis contre Guillaume Soro (…) Cette demande, largement diffusée sur les réseaux sociaux n’est qu’une opération de communication orchestrée par le pouvoir ivoirien », ont dénoncé Affoussy Bamba, Robin Binsard et Charles Consigny.

Pour eux, l’objectif de cette ‘’opération’’ est de démoraliser les Ivoiriens épris de justice et opposés au troisième mandat « illégal » du président Ouattara. « Il faut souligner que ces mandats d’arrêts sont illicites, dans la mesures où ils ne reposent sur aucun fondement illégal où aucune extradition ne saurait valablement être accordée en application de ceux-ci », lit-on dans le communiqué consulté par Banouto.

Pour preuves, le collectif d’avocats cite dans un premier temps, les ordonnances des 22 avril et 15 septembre 2020 délivrées par la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples. Dans ces ordonnances, la juridiction continentale qualifie les mandats d’arrêts contre Guillaume Soro d’illégaux et  reposés sur des procédures illicites.

Les avocats de l’ancien président de l’Assemblée nationale ivoirienne font référence dans un second temps à l’article 696-4 du Code de procédure pénale français. Un texte qui refuse toute extradition qui se repose sur un mobile politique.

En exil depuis 2019, Guillaume Soro est accusé en Côte d'Ivoire de tentative de déstabilisation et de détournement de deniers publics. Il avait été condamné à 20 ans de prison pour "recel de détournement de deniers publics" et "blanchiment de capitaux" par le tribunal correctionnel d'Abidjan, par contumace.

Banouto Digital

Vous aimez une presse libre et de qualité. Alors offrez-vous un accès illimité à Banouto Digital en souscrivant à un des abonnements moins chers.
1500 F CFA/mois ou 15.000 F CFA/An.

Abonnez-vous

A lire aussi ...