POLITIQUE

François Abiola : accusé d’avoir livré sa fille à Yayi contre un titre, l’ex-ministre d'Etat parle

( words)

Plus de 04 ans après son départ des affaires avec la chute du régime de Boni Yayi à qui il aurait donné sa fille en union selon certaines accusations pour le poste de ministre et puis ministre d’Etat, François Abiola a réagi avec sourire moqueur sur cet épisode de sa vie politique.

francois-adebayo-abiola François Adébayo Abiola

« Il faut savoir raison gardée et ne jamais insulter demain ». C’est un conseil de sage que François Adébayo Abiola donne aujourd’hui aux jeunes acteurs politiques béninois. Ministre puis ministre d’Etat sous Boni Yayi, il dit avoir subi des coups, les plus bas en politique.

Revenant sur le feuilleton de l’actualité qui fait grand bruit au sein de son parti le Bloc républicain, l’ex-ministre d’Etat est revenu laconiquement sur un épisode de sa vie politique, qui visiblement lui avait fait mal. Sur le Plateau de Actu Matin sur la télévision Canal 3 Bénin ce mardi 24 novembre 2020, il a rappelé comment certains l’avaient diffamé dans la presse le faisant passer pour celui qui aurait donné sa fille en union à Boni Yayi pour monter en grade auprès de son ex-chef.

« Quand j’étais ministre, ensuite ministre d’Etat, un beau matin, vlam !( interjection pour exprimer un mouvement brusque), je vois dans la presse, " Abiola ministre d’Etat parce qu’il a donné sa fille à Yayi Boni" », a rappelé l’auteur de « Le cheveu du pouvoir ».

A l’époque se remémore-t-il avec sourire, « je dis aux gens, ça, c’est la bataille politique. La bataille politique ne doit pas aller jusqu’à la vie privée ». Plus de 04 ans après, quand il évoque cette histoire, l’ancien ministre se moque de ses détracteurs qui ne savaient pas quelle relation il avait avec Boni Yayi.

L’ancien chef de l’Etat avec qui il n’est plus en contact, fait-il savoir, était un peu comme le père  de ses enfants.  «  Même si j’avais donné ma fille au docteur Yayi Boni, (…). C’est lui qui a élevé ces enfants là parce qu’à l’époque, moi je courrais partout pour chercher les diplômes. On était à Dakar. Lui, il était pratiquement tous les dimanches chez moi », révèle Abiola. Et dira-t-il par la suite, « C’est un ami. Pour mes enfants, c’est un père ».

Banouto Digital

Vous aimez une presse libre et de qualité. Alors offrez-vous un accès illimité à Banouto Digital en souscrivant à un des abonnements moins chers.
1500 F CFA/mois ou 15.000 F CFA/An.

Abonnez-vous

A lire aussi ...