POLITIQUE

Présidentielle au Bénin : Dakpè Sossou cite Joël Aïvo parmi les initiateurs du parrainage

( words)

Candidat déclaré à la présidentielle 2021, Joël Aïvo a été accusé par le député Dakpè Sossou d’être à l’origine de l’instauration du parrainage des candidats au Bénin. Il a affirmé que l’opposant a été dans une commission qui avait déjà proposé cette réforme électorale sous l'ex-président Boni Yayi   

dapke-sossou

Dakpè Sossou, député béninois 

 

Dakpè Sossou critique Joël Aïvo d’avoir été l’une des premières personnes à proposer le parrainage des candidatures à la présidentielle au Bénin. Dans une vidéo, le député Dakpè Sossou s’en est pris au constitutionnaliste béninois. « Lui (Joël Aïvo, ndlr)  savait que depuis 2012, il y aura cette affaire de parrainage. C’est lui qui l’a proposé à travers la Commission Gnonlonfoun. Depuis 2012, il le savait », a taclé le député proche du président Patrice Talon.

Annoncé parmi les candidats à la présidentielle du 11 avril 2021, le professeur Joël Aïvo critique le parrainage des candidats à la présidentielle 2021. Pendant son dialogue itinérant,  le constitutionnaliste  a dénoncé une réforme électorale "crisogène" en l’absence des députés de l’opposition dans la huitième législature du parlement béninois. Selon le député de la 18ème circonscription électorale Dakpè Sossou, le professeur Joël Aïvo n’a pas de leçons à donner aujourd’hui sur le principe du parrainage. « Depuis 2012, il le savait. Il n’a pas à s’attaquer à quelqu’un aujourd’hui », a-t-il répondu à l’opposant.

Joël Aïvo a été, en 2011-2012, membre d’une commission technique de réforme constitutionnelle. Créée par le chef d’Etat, Boni Yayi, et présidée par Joseph Gnonlonfoun, la commission était chargée de l’élaboration des avant projets de loi dans le cadre des réformes politiques et institutionnelles. Ses propositions sont contenues dans un rapport de 50 pages environ. Dans l’une de ses propositions, la commission Gnonlonfoun, avait écrit :  

« Le parrainage des élus locaux et nationaux du candidat à la magistrature suprême ainsi que le paiement d’une caution raisonnable pour réaliser un équilibre entre la nécessité d’éviter les candidatures fantaisistes et celle de rendre accessible le poste aux personnes compétentes et appréciées par leurs compatriotes sans pour autant apparaître comme un gouffre financier ou une compétition réservée exclusivement aux plus riches (article 44 nouveau) »

En dehors de Joseph Gnonlonfoun et Joël Aïvo, la commission était composée du magistrat Honorat Adjovi, l’inspecteur général des finances Félicienne Padonou épse Guinikoukou, les universitaires Dandi Gnamou et Ibrahim Salami, et l’avocat Zakari Baba Body, ancien ministre.

Au Bénin, la disposition électorale portant sur le parrainage des candidats à la présidentielle a été adoptée par le parlement en novembre 2019 lors d’une réforme de la Constitution et du code électoral. Mieux l’article 132 de la loi électorale impose aux futurs présidentiables le parrainage par 10% des élus (maires et députés) soit 16 parrains.  L’Opposition qui ne dispose que de 06 élus (maires) appartenant au parti Force cauris pour un Bénin émergent (FCBE) dénonce cette disposition électorale.  

Banouto Digital

Vous aimez une presse libre et de qualité. Alors offrez-vous un accès illimité à Banouto Digital en souscrivant à un des abonnements moins chers.
1500 F CFA/mois ou 15.000 F CFA/An.

Abonnez-vous

A lire aussi ...