SECURITE HUMAINE 3 Commentaires

Bénin : Talon veut supprimer les syndicats de police

Pascaline Affouda (Stag)
publié le 21 juillet 2017

Mardi dernier a eu lieu à la présidence de la république, la présentation synoptique du rapport de la commission sur la nouvelle Force unique de sécurité intérieure (FUSI) devant consacrer la  fusion de la police et de la gendarmerie. Le rapport présenté par  le Colonel Soumaïla YAYA  laisse entrevoir la suppression des syndicats de police.

Police béninoise

Au Bénin, le rapport de réflexion sur la mise en place d’une nouvelle force de sécurité intérieure a été remis officiellement au gouvernement mardi dernier. Dans la brève présentation du rapport lu par le rapporteur de la Commission, le Colonel YAYA, il est à noter la suppression du droit syndical et du droit de grève aux agents de sécurité. « La commission a retenu pour la Force unique de sécurité intérieure le statut paramilitaire, de l’existence ou non d’un syndicat au sein de la force et du droit de grève. La force unique de sécurité intérieure telle que conçue ne disposera ni du droit syndical ni du droit de grève » a déclaré le Colonel YAYA. En remplacement à ces droits a-t-il poursuivi,  « il y sera institué des délégués de personnel qui sont les représentations des différentes catégories du personnel ». Cette force a-t-il aussi précisé, sera  dénommée « Police Républicaine ». Pour lui, la décision de fusion de la gendarmerie et de la police intervient dans « un contexte géostratégique caractérisé par un monde plus mobile, plus incertain et imprévisible  exposé à des vulnérabilités nouvelles que sont le terrorisme et la prolifération balistique et à des risques nouveaux tels que des attaques informatiques, les crises sanitaires écologiques, la dégradation de la biosphère ».


  • EFFIO A Lionel
    il y a 2 ans

    Sans syndicat, qui va pouvoir les défendre ? Merci pour l'article.

  • EFFIO A Lionel
    il y a 2 ans

    Sans syndicat, qui va pouvoir les défendre ? Merci pour l'article.

  • Taoufik
    il y a 1 an

    Peuvent-ils tous les droits