SECURITE HUMAINE 6 Commentaires

Bénin-Affaire Clara : les jeunes juristes condamnent la famille Noutaï

Falilatou Titi
publié le 6 février 2018

L’association des jeunes juristes du Bénin fustige la procédure correctionnelle de la famille Noutaï, dans l’affaire dite Clara. Selon les juristes, par la plume de leur président, Lazard Hounsa, la famille à travers cette sanction a non seulement violé le code de la famille et de l’enfant mais a aussi fait « un recours illégal à la violence doublée de l’humiliation ».

lazard-hounsa Lazard Hounsa, président Association des jeunes juristes du Bénin

« Si la fille a pu publier une vidéo qui heurte les mœurs et la morale, c'est bien parce que les parents n'ont pas su assurer, comme il se doit, leur autorité parentale », estime l’association des jeunes juristes du Bénin. Dans une analyse, intitulée ‘’Un grand plongeon avec la balle dans le filet’’, le président des jeunes juristes du Bénin s’est insurgé contre le traitement infligé à la jeune Clara par ses parents. Selon les jeunes juristes du Bénin, toute société, quel que soit son acquis culturel, économique ou social, peut et doit mettre fin à la violence à l’encontre des femmes et enfants. « Cela signifie non seulement, sanctionner les auteurs, mais aussi transformer la mentalité des sociétés et les conditions économiques et sociales sous-jacentes qui sont associées à la violence ». Revenant à la famille Noutaï et du traitement infligé à la jeune fille, ce juriste estime que l’autorité parentale recouvre à la fois les droits et les devoirs des parents envers leur progéniture. Mieux, « elle est toujours exercée dans l’intérêt des enfants ». Dans l’affaire dite Clara, les parents auraient raté l’éducation de leur fille. Ce qui constitue selon les jeunes juristes du Bénin, un manquement aux obligations liée à l’autorité parentale, notamment l’article 405 et suivant du code béninois des personnes et de la famille et aux articles 6 et 36 du code béninois de l’enfant. « D'après la loi, les parents doivent notamment veiller à la sécurité, à la santé et la moralité de l'enfant. Ils doivent assurer son instruction et son éducation, tant sur le plan intellectuel que civique. Ils doivent également le protéger et prendre en charge son entretien matériel, sur tous les plans (hébergement, nourriture, etc.) », indique Lazard Hounsa.

Non à la violence

 

A en croire le président des jeunes juristes du Bénin, si les parents ont une autorité sur leurs enfants, cela ne voudrait pas dire qu’ils disposent du droit d’exercice de violences sur ceux-ci. Ils en veulent pour preuve la loi n°2011-26 du 09 janvier 2012 portant prévention et répression des violences faites aux femmes. « L'article 3 de cette loi définit la violence dans le milieu familial comme l'abus de pouvoir ou négligence intentionnelle en vue de dominer, soumettre, contrôler ou agresser les femmes de manière physique, verbale, psychologique, patrimoniale, etc. » Le juriste va plus loin, en indiquant que les châtiments physiques et humiliants, suivie de la brutalité et le harcèlement a souvent des répercussions graves sur la santé et le bien être des femmes et des enfants. L’article 30 de la loi sus-évoquée stipule : « pour toute infraction pénale qui réprime des violences physiques ou sexuelles, le fait que la victime et l’auteur jouissent d’une relation domestique, définie à l’article 3 de la présente loi, sera retenu comme circonstance aggravante. La peine maximale en matière délictuelle est aggravée par cinq (05) ans d’emprisonnement et celle en matière criminelle est aggravée d’au moins dix (10) ans », conclut le président de l’association des jeunes juristes du Bénin, Lazard Hounsa. Il faut rappeler que courant janvier 2018, la jeune Clara Noutaï a été impliquée dans la publication d’images et de vidéos obscènes portant atteinte à la pudeur et aux bonnes mœurs. Les parents de la fille indignés par la situation, lui ont donc infligé une sanction (châtiments corporelles et excuses publiques, Ndlr) qui a été relayée sur les réseaux sociaux.


  • A. E.
    il y a 11 mois

    Certes les parents ont failli à leur devoir mais quelle démarche ces juristes ont-elles menée pour sensibiliser Clara et et ses parents? Ne profitons pas de cette situation pour se faire la voix. Les parents l'ont juste fait descendre par où elle a pris pour monter.

  • Rustiko
    il y a 11 mois

    Je suis vraiment déçu que des autorités se disant intellectuels voient ce côté de la chose en se penchant sur des lois bidons que les blancs nous ont transcrit . c'est dommages . Laisser moi vous rappelez qu'aucun de nous ne maitrise la famille de cette fille . nous ne savons pas le processus que ces parents ont adopté et qui n'a pas pu aboutir. C'est a croire que vous rester juste sur les écrits que ces colonisateur vous ont transcrit et oubliez d'où vous venez . La famille de cette a pris les mesures qui leur semble la meilleurs pour décourager a jamais ce comportement. Et moi je les félicite. Que cela soit une crainte pour tout celles qui s'inscrivent dans de ces dépravation afin qu'elles se rappellent que le bénin a des valeurs. Je suis convaincu que ces images laissées seront un blocus considérable pour de prochaine tentative . Réveillez vous. Construisez votre pays avec nos propres valeurs. Car seul cela donnera une image agréable a cette génération naissante.

  • Brice namede
    il y a 11 mois

    Loi...tant... article...tant...et nous ne connaissons que cela au Bénin. Bavardage et verbiage....une aliénation de nos intellectuels que l'autre avait qualifié de tarés...gbê gba ô, hinnou gba à..... lequel de ces juristes à la c.. accepterait être montré comme le père ou l'oncle de cette fille là ??? On rétorquera qu'ils n'ont pas su éduquer leur fille.... peut être, peut être pas.... quoiqu'il en soit, ne nous a t-on pas souvent rabattu les oreilles avec: " aux grands mots, les grands remèdes"??? Mieux, un adage de chez nous ne dit-il pas qu'un enfant ne peut dépasser ses parents ? Les parents ont fait ce qu'ils jugent mieux pour leurs enfants...circulez donc avec vos lois et articles pour qu'on voit loin!!!

  • Géro Binazon
    il y a 11 mois

    Ces supposés juriste entendent la correction familiales pour la toute premiere fois dans leur vie? Ils veulent nous éduquer nos enfants dans de la quel système? Au lieu de se saisir des choses de grandeur, ils sont là à jouer à des juristes à des intellectuels. Au lieu de nous dire des vérités dans des affaire sérieuses, il racontent leur vie. Vous verrez, cette correction fera de clara une bonne fille.

  • Luc Dadou.
    il y a 11 mois

    Ce que je m'en vais vous demander vous les juristes béninois, pourquoi vous ne trouvez jamais de solutions aux problèmes? Tout ce que vous aimez faire c'est de nous citer des textes fabriqués a votre disposition. Tu as toi même dis que les parents ont failli a leur devoire parental. Pourquoi en voulez vous aux parents et a tout le conseil famillial qui se fondant sur des principes traditionnels décident de ramener la jeune fille et de l'insérer dans les réalités culturelles et traditionnelles. Nous sommes au Bénin et il faut que vous conciliez nos réaliatés culturelles aux textes des blancs. C'est difficile mais tenez y compte. La seule personne que moi je condamne dans cette affaire c'est le salo qui filmé et diffusé la vidéo.

  • Elsa sylviana
    il y a 11 mois

    je suis d'accord avec toi, la personne à condamner ici c'est le salaud qui a pris cette vidéo, et je tiens à notifier que le comportement de Clara n'a rien à voir avec la qualité de son éducation parceque chez nous en Afrique les adolescents copient tout et n'importe quoi à la maison il est sage mais dehors il fait du grand n'importe quoi malgré l'éducation recu, les parents ne sont peut etre pas responsable de cette situation parceque les enfants d'aujourd'hui surprennent de jour en jour et ses parents on eu raisons de la corriger car qui aime bien chatie bien, et en Afrique c'est pas interdit de corriger son enfant s'il fait des conneries