SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

Au Bénin, «contrairement au code, la détention est aujourd’hui le principe»

Yao Hervé Kingbêwé
publié le 13 mars 2018

Prévu pour ce mardi 13 mars, le procès du syndicaliste Laurent Mètongnon et de ses coaccusés dans l’affaire Cnss/Bibe n’a pu se tenir. Un énième report qui n’est pas du goût de Me Aboubacar Baparapé, un des avocats de la défense.

aboubacar-baparape Me Aboubacar Baparapé, avocat-conseil de la défense dans l'affaire Cnss

Me Aboubacar Baparapé est mécontent. Le procès du syndicaliste et ancien président du conseil d’administration de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), Laurent Mètongnon et de ses coaccusés prévu se tenir ce mardi 13 mars, a été reporté. Selon de sources judiciaires rapportées par des médias, le procès a été reporté sur injonction de l’Union nationale des magistrats du Bénin (UNAMAB).

La décision du syndicat des magistrats en grève depuis une semaine pour protester contre les défalcations sur leurs salaires pour fait de grève est intervenue quelques temps après le délibéré de la justice dans l’affaire dite des faux médicaments. Chose que n’apprécie guère Me Baparapé, un des avocats-conseils de Laurent Mètongnon et de ses coaccusés. « C’est une suspension discriminatoire », dénonce l’avocat.

SUR LE MEME SUJET: Urgent-Bénin-Affaire CNSS: Laurent Mètongnon déposé à la prison de Cotonou

Pour lui, la moindre des choses que le syndicat des magistrats aurait bien fait est de laisser le procès s’ouvrir afin de leur permettre de solliciter la mise en liberté provisoire de leurs clients qui croupissent depuis la mi-novembre 2017 derrière les barreaux.

L’homme à la toge estime par ailleurs que cette décision piétine le code de procédure pénale qui stipule que la détention est l’exception et la liberté la règle. « Contrairement à ce que dit notre code, la détention est l’exception et la liberté la règle. Aujourd’hui, la mise en détention est le principe et la liberté l’exception », déclare-t-il sur un ton de déception.

LIRE AUSSI: Bénin-affaire Cnss: Laurent Metongnon réfute les accusations du gouvernement

Laurent Mètongnon et ses coaccusés, faut-il le rappeler, sont poursuivis pour placement hasardeux de fonds de la Cnss contre des retro-commissions. Plusieurs charges pèsent contre le syndicaliste et ses coaccusés.

Après le report de ce mardi, une nouvelle date a été fixée au 20 mars prochain.

LIRE EGALEMENT:

Bénin-Cnss: Laurent Metongnon dans un scandale de 17 milliards (Conseil des ministres)

 

Bénin : il sacrifie sa femme à un fétiche à Agbangnizoun


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci