SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

Restriction/Marches à Cotonou : «l’arrêté de Toboula est un non-sens juridique»

Yao Hervé Kingbêwé
publié le 13 mars 2018

A Cotonou, au Bénin, l’arrêté du préfet Modeste Toboula qui limite aux seules organisations officiellement reconnues la jouissance du droit de manifester susciter de vives réactions. Le Front pour le sursaut patriotique, regroupement de l’opposition, estime que c’est une violation de la constitution.

jean-kokou-zounon Jean Kokou Zounon, porte-parole du FSP

On s’y attendait. Et cela n’a pas raté. Le Front pour le sursaut patriotique (FSP), regroupement de plusieurs partis et organisations de l’opposition, a réagi à l’arrêté du préfet du département du Littoral. Dans un communiqué signé par Jean Kokou Zounon, porte-parole, le Front a vigoureusement condamné l’arrêté du représentant de l’Etat béninois dans le département du Littoral.

« L’arrêté de Toboula est un monument de violation des libertés, notamment de la liberté de manifestation, et des droits de l’homme. (…) L’arrêté de Toboula est un non-sens juridique », a jugé le Front dans son communiqué. « Il soumet la jouissance du droit de manifestation publique à la condition préalable d’une organisation enregistrée par l’Etat. Ce qui est une violation de la Constitution et des droits de l’homme », explique le regroupement de l’opposition.

SUR LE MEME SUJET: Bénin-Marche et sit-in à Cotonou : un nouvel arrêté restrictif du préfet Toboula

Selon le communiqué du FSP, l’arrêté préfectoral est la preuve de « combien le pouvoir actuel de Talon et son préfet Toboula  sont aux abois et dans leur rage ne savent plus où donner de la tête ».

Depuis le 9 mars dernier, rappelons-le, le préfet du Littoral a sorti un arrêté pour restreindre la jouissance du droit de manifester, notamment les manifestations publiques à caractère revendicatif, sur le territoire de Cotonou, la capitale économique du Bénin. Désormais, seules les organisations officiellement enregistrées dans les structures étatiques ont le droit d’organiser des marches et sit-in à Cotonou.


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci