SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

Justice au Bénin: Djogbénou répond aux accusations de lutte sélective contre l’impunité

Yao Hervé Kingbêwé
publié le 11 avril 2018

Me Joseph Djogbénou, ministre de la justice et de la Législation, a réagi aux accusations de lutte sélective contre la corruption et l’impunité des dont le pouvoir est l’objet. C’est lundi sur la télévision nationale où il était invité à présenter le bilan des actions menées par son ministère depuis le 6 avril 2016.

joseph-djogbenou Me Joseph Djogbénou, ministre béninois de la justice

Les accusations de lutte sélective contre l’impunité et la corruption dont le régime du président Patrice Talon est accablé ne se justifient pas. C’est en tout cas ce qu’a laissé croire le ministre béninois de la Justice et de la Législation. Invité lundi sur le plateau de la télévision nationale pour évoquer les actions menées par le régime dit de la Rupture dans le domaine de la justice depuis le 6 avril 2016, Me Joseph Djogbénou a été direct.

« Qu’est-ce qui n’est sélectif dans la vie ? », a-t-il interrogé.

« Premièrement, le procureur de la République a l’opportunité de poursuite. C’est déjà la sélection. Lorsque, au lieu de vous soulagez dans des espaces conviés à cela, vous le faites dans l’espace public, vous violez la réglementation. Mais toutes les personnes qui violent la réglementation ne se retrouvent pas devant la justice. Le procureur de la République a déjà sélectionné là », a détaillé le Garde des Sceaux indiquant que : « C’est dans la nature des procédures qu’il y ait des sélections ».

Dans son intervention, le ministre Djogbénou a également fait observer que le chef de l’Etat n’est ni de près ni de loin associé aux poursuites.  « Si on voit les personnes qui sont poursuivies réellement, il serait difficile de dire que le président de la République reste quelque part, il n’en a même pas les prérogatives, pour choisir, indiquer telle ou telle personne », a-t-il déclaré soulignant que « même des personnes qui sont de sa proximité politique sont également poursuivies ».

 

Quid de la méthode ?

 

 

L’autre reproche fait au régime dans le cadre de la lutte contre l’impunité, c’est la méthode. Les opposants accusent le pouvoir Talon de faire usage de « ruse et de rage » sur le terrain de la lutte contre la corruption. « La méthode, je ne vois pas exactement ce qu’il y a dans la méthode qui pourrait être incriminé », a réagi Me Djogbénou. « Premièrement, dira-t-il, ce sont les règles de procédures pénales adoptées par l’Assemblée nationale que les acteurs judiciaires appliquent. Ensuite, si la méthode consiste à faire maintenant que les juges se prononcent, je ne vois pas ce qu’il y a de regrettable la dessus, sur ce terrain ».

Pour le ministre Djogbénou, dans le combat engagé par le gouvernement contre la corruption et l’impunité, il faut retenir l’essentiel. « L’impunité, si nous le faisons, nous allons continuer la destruction systématique de l’Etat », assure-t-il.

SUR LE MEME SUJET:

Bénin-Justice: les ''suspicions légitimes'' de Me Lionel Agbo sur le Procureur Togbonou

 

Bénin-Affaire Mètongnon : Talon sermonne les syndicalistes

 

Bénin-Malversation au CNCB : l’ex-Dg Dayori et plusieurs cadres devant le procureur

 


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci