SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

Siège du parlement: l’administration Yayi indexée dans le scandale de 22 milliards

Yao Hervé Kingbêwé
publié le 7 mai 2018

Dans une communication à l’Assemblée nationale ce lundi, le ministre du Cadre de Vie, José Tonato, a évoqué les responsables de l’«échec» du chantier de construction du nouveau siège du parlement béninois.

nouveau-siege-assemblee-nationale Vue du chantier de construction du nouveau siège du parlement

Le chantier de construction du nouveau siège de l’Assemblée nationale du Bénin est un « échec » et le gouvernement du président Boni Yayi y a une part de responsabilité. C’est en tout cas ce qu’a laissé entendre le ministre du Cadre de vie, José Didier Tonato, au cours d’une communication à l’Assemblée nationale ce lundi 07 mai. « Le projet de construction du nouveau siège de l’Assemblée nationale a accusé un important retard et connu de nombreux dysfonctionnements à cause du manque de professionnalisme de tous les acteurs, en particulier, le maître d’ouvrage délégué, la SERHAU SA. L’immixtion inopportune du maître d’ouvrage, en l’occurrence le gouvernement pour pallier la défaillance du maitre d’ouvrage délégué a été contreproductive pour le projet », a déclaré devant les députés le ministre.

« Le corps de contrôle technique, notamment SOCOTECH n’a jamais démontré ses capacités techniques et juridiques à endosser les responsabilités qui découlent d’une infrastructure de cette importance et de cette complexité. La SERHAU SA, maître d’ouvrage délégué, le groupement Trophée, maître d’œuvre, les autres corps de contrôle ainsi que les administrations respectives qui ont conduit les régies sont les responsables effectifs de cet échec », a poursuivi le ministre expliquant que malgré l’importance des ressources financières mobilisées pour son exécution, et les nombreuses reprises, le chantier est dans un état de dégradation avec de graves malfaçons sur le gros œuvre.

« Le projet a souffert en aval d’une conduite non maîtrisée des études architecturales et techniques devant assurer sa qualité à la phase de réalisation », a souligné José Didier Tonato. Aux dires de l’autorité, les différents audits réalisés sur le chantier ont mis en cause la stabilité et la solidité globale des ouvrages.

Entamé sous le régime du président Boni Yayi, le chantier de construction du nouveau siège de l’Assemblée nationale selon le ministre du Cadre de vie a déjà coûté au contribuable béninois plus de 22 milliards FCFA. Et s’il devrait être achevé, il faudrait débourser à peu près la même somme. Et ce, sans aucune garantie de la durabilité de l’édifice.


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci