SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

Bénin: environ 900 policiers dans le tourment d’une rétrogradation

Yao Hervé Kingbêwé
publié le 9 mai 2018

Près d’un millier d’inspecteurs et officiers de paix de l’ex-police nationale sont depuis quelques jours dans le tourment. Et pour cause ? Les résultats de leur examen de fin de stage pour le passage au grade d’officier de la police républicaine sont menacés de remise en cause.

nazaire hounnoukpe directeur general police republicaine benin Nazaire Hounnonkpè, directeur général de la police républicaine

Ambiance délétère au sein certains corps de la police républicaine. Près d’un millier d’inspecteurs et officiers de paix de l’ex-police nationale vivent dans la psychose d’une remise en cause probable de leur admission au grade d’officier au sein de la nouvelle force de sécurité intérieure.

Depuis quelques jours, des informations persistances font état de ce qu’un acte tendant à rappeler le jury qui a proclamé les résultats de fin de stage complémentaire d’environ un millier d’inspecteurs et officiers de paix de l’ex-police nationale aurait été pris par les autorités. La finalité de cet acte administratif serait de faire procéder à une nouvelle délibération des résultats de fin stage en y intégrant les notes de l’épreuve de tir initialement écartés par le jury pour défaut d’exercice préalable. Un véritable coup de massue pour des agents qui attendent le décret de leur nomination pour arborer les galons d’Officier.

Suivant les dispositions du décret 2016-137 du 17 mars 2016 portant Statuts particuliers des corps des personnels de la police nationale, les agents de police dont il s’agit avaient, en effet, effectué un stage complémentaire de six, neuf et douze mois en fonction de leur grade, ancienneté et leurs diplômes capitalisés dans leurs anciens corps en vue d’être reclassés dans les nouveaux corps. Conformément au décret 2017-353 du 19 juillet 2017 qui modifie et complète le décret 2016-137 du 17 mars 2016, les inspecteurs et officiers de paix concernés ont passé un examen de fin de stage. Les résultats de cet examen sont proclamés depuis janvier 2018.

Selon certaines indiscrétions, si la décision de remise en cause des résultats de l’examen de fin de stage venait à être actée, plusieurs centaines d’inspecteurs et officiers de paix, déjà déclarés admis au grade d’Officier, se verraient purement et simplement recalés.

De quoi saper le moral de certains agents. «Depuis que j’ai appris la nouvelle, je n’arrive plus à travailler normalement », a confié à Banouto, un agent de police sous anonymat.


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci