SECURITE HUMAINE 2 Commentaires

Bénin: Dandi Gnamou démissionne de ses postes électifs à l’Université d’Abomey-Calavi

Yao Hervé Kingbêwé
publié le 7 juin 2018

Nommée conseillère à la Cour suprême, Professeure Dandi Gnamou, suite à la polémique suscitée par le cumul de ses nouvelles fonctions avec celles à l’Université d’Abomey-Calavi, a démissionné.

dandi-gnamou Dandi Gnamou,  agrégée de droit public au Bénin

Dandi Gnamou ne dirige plus le département de droit public de l’Université d’Abomey-Calavi. Elle n’est plus également au Secrétariat permanent du comité sectoriel scientifique Sciences juridiques, politiques et administratives de la Faculté de droit et de Sciences politiques de l’UAC. Nommée depuis plusieurs mois conseillère à la Cour suprême, l’agrégée de droit public a démissionné de ses postes électifs à l’Université d’Abomey-Calavi.

« J’ai l’honneur de vous présenter officiellement ma démission au poste de chef de département de droit public de la faculté de droit de l’université d’Abomey-Calavi et de secrétaire permanent du conseil scientifique », a écrit Dandi Gnamou dans une correspondance en date du 30 avril 2018 dont Banouto a eu copie.

Incompatibilité

 La professeure Dandi Gnamou a quitté ses fonctions électives à l’Université d’Abomey-Calavi sous contrainte. Elle aurait été contrainte à la démission par le président de la Cour suprême, Ousmane Batoko. Ceci, au motif d’ « incompatibilité » entre ses fonctions à l’Université et celles à la Cour suprême.

Mme Gnamou justifie également son départ de la tête du département de droit public de l’UAC par la polémique suscitée par sa nomination. « Toutefois, la polémique indécente suscitée et entretenue même via les réseaux sociaux sur cette question, m’amène, au vu de mon indisponibilité de plus en plus grande et sur instructions du président de la Cour suprême à vous demander de bien vouloir accepter ma démission à ces différents postes », a-t-elle clairement signalé dans sa lettre de démission.

Au lendemain de la nomination de Dandi Gnamou à la Cour suprême, Professeur Joël Aïvo, Doyen de la Faculté de droit de l’Université d’Abomey-Calavi, avait appelé l’agrégée de droit public à quitter ses fonctions électives. Cet appel du constitutionnel Aïvo avait, on se rappelle, suscité une vive polémique sur la toile et avait été au cœur d’une guerre épistolaire entre le Professeur Aïvo et le président de la Cour suprême.


  • Agossou Patrice Aimé
    il y a 4 mois

    Tantôt on lit cour constitutionnelle et tantôt c'est cour suprême. Aussi, il y a une grande différence entre le comité sectoriel et le conseil scientifique. Juste ces petites remarques sur votre poste

  • La Rédaction
    il y a 4 mois

    Merci M. Agossou pour vos remarques. Pour ce qui concerne la Cour constitutionnelle, vous avez raison et c'est déjà corrigé. C'est bien la Cour suprême et la Cour constitutionnelle. Mais s'agissant de l'autre poste abandonné par Mme Gnamou, c'est bien celui de Secrétaire permanent du comité sectoriel scientifique sciences juridiques, politiques et administratives.