SECURITE HUMAINE 2 Commentaires

Journalisme de développement: Banouto du Bénin décroche le 1er prix d’Afrique francophone avec Léonce Gamaï

Cheick Donan
publié le 29 juin 2018

Journaliste à Banouto, web spécialisé d’investigation et de grands reportages au Bénin et en Afrique, basé au Bénin, Léonce Gamaï est sorti major du programme «Journalisme pour le développement». C’est une initiative conjointe de la Banque Mondiale, l’ESJ Lille et le Cesti Dakar.

leonce gamai journaliste consultant media benin banouto Léonce Gamaï lors d’une conférence continentale des jeunes leaders africains, bénéficiaires du programme MWF-YALI du gouvernement américain, Johannesburg le 12 juin 2018

 

«Journalisme pour le développement » est un programme de cours en ligne mise en œuvre par la région Afrique de la Banque Mondiale en partenariat avec l’Ecole de journalisme de Lille, le Centre d’étude des sciences et techniques de l’information de Dakar, au Sénégal.Destiné aux journalistes d’Afrique francophone, la formation vise à doter les participants des ressources pour mieux comprendre les enjeux et les spécificités du contexte africain afin de retranscrire l’histoire du continent de manière plus positive et inspirante. 100 journalistes, originaires de 18 pays d’Afrique francophone, sélectionnés sur près de 500 candidatures, ont suivi cette formation de dix semaines.

Conçu pour mettre en musique le rôle et la contribution des médias dans le «Africa Can» de la Banque Mondiale «cette initiative de formation est très importante », a martelé Makhtar Diop, vice-président de la Banque Mondiale pour l’Afrique francophone, lors de la conférence inaugurale en  avril 2018.

«La Banque mondiale est désireuse d’interagir avec la communauté des journalistes africains. On ne peut pas vouloir influer sur le développement, avoir un impact sur le développement à long terme de nos pays, sans un partenariat avec vous, qui transformez les connaissances, les rapports générés par les professionnels du développement en articles accessibles au grand public », a-t-il expliqué.

«Trois raisons nous poussent à développer ce type de cours, a énuméré M. Diop. Vous êtes des relais essentiels dans la connaissance partagée, sans laquelle il ne peut y avoir de progrès dans le développement. Si l’information n’est pas démocratisée et à la portée de tous, on ne reconstruira pas le contrat social nécessaire à la satisfaction des attentes des populations. Seuls les médias peuvent mettre à disposition toute l’information disponible, sans la tronquer, face aux rumeurs. Notre institution développe avec force et conviction une culture de la transparence, à laquelle elle croit pour assurer sa mission.»

Le Bénin cartonne, Léonce Gamaï en tête

Le programme des dix semaines de cours était fait de vidéos en ligne, des conférences, des ateliers pratiques et des forums de discussion avec des journalistes expérimentés, des travaux pratiques et un forum électronique d’interaction entre les participants et l’équipe pédagogique. La formation a porté sur des thématiques assez intéressantes dont le concept de journalisme pour le développement, le paysage du développement international, l’état de la région Afrique, la lecture d’un budget, les objectifs de développement durable (ODD), puis les défis et opportunités de l’Afrique dans différents secteurs (santé, nutrition, approche genre, agriculture, gouvernance, changements climatiques, compétitivité commerciale, énergie, partenariat public-privé, etc.)

Les participants ont été évalués par des quizz hebdomadaires, des travaux pratiques (billet de blog et enquête de terrain), leur participation globale au cours (contribution au forum de discussion, consultation de la documentation).  Les douze participants ayant obtenu les notes les plus élevées ont reçu des certificats en journalisme de développement avec les félicitations du jury. Parmi ces douze figurent cinq Béninois.  Les 88 participants restants ont reçu, certains des certificats et d’autres des attestations de participation.

A la fin de la formation, le jury devrait décerner le premier prix du au participant ayant le plus satisfait à toutes les exigences du programme. Ce premier prix a été décroché par Léonce Gamaï. Désormais major du Spoc journalisme de développement de la Banque mondiale, Léonce Gamaï est journaliste, consultant média et communication, actuellement Manager général de Banouto, média en ligne spécialisé d’investigation et de grands reportages basé au Bénin. Co-auteur de deux ouvrages, Léonce Gamaï est aussi consultant en leadership civique et développement communautaire. «J’éprouve un sentiment de satisfaction et fierté pour avoir été le major de ce programme », s’est-il réjouit. «Mais en même temps, je considère ce prix comme un nouveau défi, une invite à persévérer davantage dans la voie de l’excellence et du professionnalisme », a-t-il ajouté.

Banouto maintient le cap

Lancé début avril 2017, Banouto se positionne désormais comme le web-média le plus en vue au Bénin. Orienté vers le journalisme de développement et le journalisme de solution à travers l’investigation et les grands reportages, Banouto a pour mission de livrer dans le professionnalisme l’information dans tous ses aspects tout en révélant les progrès en cours au Bénin et en Afrique. En une année d’activité, Banouto a réussi à s’imposer comme un site d’information incontournable dans l’univers médiatique béninois. 

Ce prix décroché par le journaliste Léonce Gamaï est le deuxième obtenu par Banouto en un peu plus d’un an d’existence.

Déjà en décembre 2017, son rédacteur en chef Yao Hervé Kingbéwé a remporté le prix du meilleur journaliste d’investigation du Bénin. Avec une investigation réalisée sur les pots-de-vin en milieu carcéral, il a été lauréat du prix «Jérôme Adjakou Badou du Meilleur Journaliste d’Investigation », décerné par la Maison des médias du Bénin avec l’appui financier d’OSIWA.

En septembre 2017, Banouto a été sélectionné parmi les 11 meilleurs jeunes Pure Players d’information d’Afrique Francophone par CFI Média (Agence française de coopération média) dans le cadre du programme NAILA. Retenu sur plus de 100 dossiers de candidature, Banouto, est à travers ce programme, dans ce processus de perfectionnement de ses offres éditoriaux et de son modèle économique. Banouto fait désormais parler de lui au-delà des frontières béninoises. Et s’affiche désormais comme le leader de l’information crédible en ligne au Bénin.

 


  • ADJIMEHOSSOU
    il y a 1 an

    FELICITATIONS !

  • La Rédaction
    il y a 1 an

    Merci beaucoup monsieur ADJIMEHOSSOU