SECURITE HUMAINE 1 Commentaire

Affaire Ajavon/Cour africaine: les avocats de l’Etat béninois parlent «d’incongruité juridique»

Léonce Gamai
publié le 14 décembre 2018

Première réaction médiatisée des avocats de l’Etat béninois suite à la décision de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples dans l’affaire cocaïne qui implique l’homme d’affaires et politique Sébastien Ajavon.

avocat-etat-beninois Les 03 avocats de l'Etat béninois lors d'une audience à la Cour africaine des droits de l'homme et des peuples

 

Dans l’affaire Ajavon, la décision de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples (Cafdhp), basée à Arusha, est parvenue aux avocats du Bénin par voie électronique cette semaine. Ceux-ci ont informé le gouvernement béninois. C’est ce que rapporte RFI Afrique dans un article publié ce vendredi 14 décembre 2018. Il y a une semaine, la Cour Africaine rendait une décision dans l’affaire «18 kg de cocaïne» pour laquelle l’homme d’affaires et politique béninois Sébastien Ajavon a été condamné à 20 ans de prison par la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET). La Cafdhp avait été saisie  en février 2017, avec plusieurs relances, par Sébastien Ajavon. Le milliardaire  accuse la justice béninoise de violation de ses droits humains dans la conduite de cette affaire qui a éclaté fin octobre 2016.

Dans sa mesure conservatoire, la Cour africaine demande à l’Etat béninois de suspendre la décision de la Criet. Le Bénin dispose d’un délai de 15 jours pour faire à la Cour africaine un rapport des dispositions prises à cet effet. RFI rapporte que le gouvernement a pris acte de la décision. La Radio ajoute que les avocats de l’Etat béninois parlent «d’incongruité juridique», et «travaillent sur des propositions à soumettre» au Gouvernement. Ce jeudi 13 décembre, le procureur spécial de la Criet, Gilbert Togbonon a indiqué qu’elle n’a pas encore eu notification de la décision de la Cour africaine. Dans cette procédure, l’Etat béninois est défendu par Me Cyril Djikui, Me Charles Badou et Me Elie Vlavonou, tous avocats au barreau du Bénin.


  • aya Nouréni
    il y a 11 mois

    l'État béninois actuel est état bandits