SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

Procès Icc-Services: parole contre parole devant la CRIET (Fin du direct Jour 14)

La rédaction
publié le 9 janvier 2019

Suspendu mardi 8 janvier 2019 en fin de soirée, le procès Icc-Services devant la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET) a repris ce mercredi 9 janvier. Suivez en direct sur Banouto, la 14ème audience du procès entamé le 17 décembre dernier.

 

justice

Nouvelle audience à la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET) dans le cadre du procès Icc-Services du nom de cette structure illégale de collecte d'épargne et de placement d'argent. Suspendu mardi en fin de soirée, un peu avant 19 heures, le procès a repris ce mercredi 9 janvier 2019. Il sonnait 9 heures 26 quand le président de la Cour et sa suite ont fait leur entrée dans la salle d'audience où se déroule le procès.

A l'entame du procès, le procureur spécial a souhaité que la Cour puisse permettre de vider une question en attente. Notamment la question relative aux personnes ayant procédé à l'inauguration du siège de Icc-Services à Abomey-Calavi. Accédant à cette requête du procureur spécial, le président de la Cour, Cyriaque Dossa, a invité à la barre les trois promoteurs de la structure illégale de placement  à savoir Guy Akplogan, Emile Tégbénou et Ludovic Dohou. Qui sont les personnes qui étaient présentes à l'inauguration du siège de Icc-Services? "A cette inauguration, il y avait le feu réverend pasteur Agbaossi et une forte délégation, les têtes couronnées, le maire Patrice Hounsou-Guèdè, nos amis et nos parents", a répondu Ludovic Dohou, DG de Icc-Services et premier à être interrogé sur le sujet. "Qui sont les deux personnes qui ont coupé le ruban?", interroge le procureur spécial. "Monsieur le président, le ruban a été coupé mais de ma forte conviction, c'est le révérend pasteur Agbaossi qui a procédé à la coupure du ruban", a réagi l'accusé Dohou. "Et qui a fait la deuxième coupure?", demande la Cour. "C'est le révérend pasteur Agbaossi mais je ne me souviens plus de la deuxième personne", a répondu pour sa part Guy Akplogan. "De façon précise, quelle est la femme qui a coupé le ruban?", insiste le procureur spécial.

Accès réservé aux abonnés
S'abonner Se connecter

Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci