SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

Procès Icc-Services:Plainte du contrôleur de police Mohammed Saké(Fin Direct 15)

La rédaction
publié le 11 janvier 2019

Après la suspension mercredi dernier, le procès Icc-Services devant la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET) a repris ce vendredi 11 janvier 2019. Suivez le direct sur Banouto. 

Les audiences devant la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme du procès Icc-Services du nom de cette structure illégale de collecte d'épargne et de placement d'argent à l'origine du scandale qui a éclaté en 2010 se poursuivent. Après la suspension mercredi 9 janvier dernier, le procès a repris ce vendredi 11 janvier. 

Absence des avocats 

Le président de la Cour spéciale, Edouard Cyriaque Dossa, le procureur spécial et les autres membres de la Cour ont fait leur entrée dans la salle d'audience à 9 heures 20 minutes. Mais à son arrivée, le président de la Cour a constaté l'absence des avocats et de la partie civile, et de la défense, à l'exception de Me Agathe Affougnon Ago, avocat de la partie civile.  Après ce constat, le président Dossa a décidé de la suspension du procès et a ordonné à l'avocate de rentrer en contact téléphonique avec ses confrères afin qu'ils se présentent devant la Cour pour la reprise des débats. 

10 heures 05: reprise de l'audience

Après une trentaine de minutes de suspension, l'audience a repris à la CRIET. Les avocats de la partie civile sont désormais au complet. Ceux de la défense, notamment celui des responsables de Icc-Services, Me Hervé Gbaguidi est désormais présent dans la salle. Les avocats des deux parties, à la reprise de l'audience, ont présenté leurs excuses à la Cour.

Interrogatoire des responsables de Icc-Services

Après les excuses des avocats, le procureur spécial a voulu interroger les responsables de Icc-Services avant que le président ne fasse défiler les personnes inscrites sur sa liste. Le procureur Togbonon voudrait savoir auprès des responsables de la structure de placement d'argent, quel était le montant total collecté, le minimum dépôt possible et le maximum. "Je ne saurais donner un chiffre", a répondu Guy Akplogan à la première question. S'agissant du minimum, il évoque la somme de 150 000 FCFA et souvent moins. Le maximum: 10 millions.

Le procureur spécial, se basant sur les chiffres de l'INSAE, indique que ce sont 109 milliards qui ont été collectés par la structure de placement. "Ce n'est pas possible", a réagi Guy Akplogan à ce chiffre dévoilé. Selon le procureur spécial, une dame a placé 189 millions de francs CFA et avait reçu, au moment de crise, plus de....

Accès réservé aux abonnés
S'abonner Se connecter

Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci