SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

Extradition de Koutché: premiers éléments sur l’audience du jour à Madrid

Léonce Gamai
publié le 31 janvier 2019

Annoncée, la première comparution de l’ancien ministre d’Etat béninois Komi Koutché devant un juge espagnol dans le cadre de sa demande d’extradition vers le Bénin, s’est tenue ce jeudi 31 janvier 2019 à Madrid.

komi-koutche, première comparution à madrid dans le cadre de son extradition vers le benin Début de l'examen de la demande d'extradition de Komi Koutché

 

Le procès sur la demande d’extradition de Komi Koutché au Bénin s’est ouvert ce jeudi 31 janvier 2019 à Madrid. Ministre d’Etat chargé de l’Economie et des finances sous l’ancien président Boni Yayi, Komi Koutché avait été arrêté le 14 décembre 2018 par la police de l’air espagnole sur la base d’un mandat d’arrêt émis par la justice béninoise. Dans son pays, il est poursuivi dans une affaire de mauvaise gestion, touchant plusieurs milliards de FCFA, au Fonds national de la microfinance (FNM) qu’il a dirigé de 2008 à 2013. Le 18 janvier, Komi Koutché, détenu depuis son arrestation, a bénéficié d’une liberté conditionnelle.

Des sources proches de l’ancien ministre d’Etat béninois renseignent qu’il était assisté de ses avocats à l’audience de ce jour. Ceux-ci, rapportent nos sources, ont indiqué que l’audience du jour était une «simple formalité d’ouverture du dossier». A partir de la date du 18 janvier, le gouvernement espagnol dispose d’un délai de 40 jours pour dire s'il a ou non une objection à la demande des autorités judiciaires du Bénin. La position des autorités espagnoles devrait déterminer la suite de la procédure au niveau de la justice du pays. "C'est toute une procédure", explique à Banouto une source proche du dossier. "Le juge qui a ordonné la libération provisoire de Komi Koutché n'est pas celui qui examine la demande d'extradition, précise notre source. Ce jeudi, le juge qui connait de la demande d'extradition a pris en main le dossier. En fonction des éléments produits par les différentes parties (Etat béninois et Komi Koutché, Ndlr), il va apprécier l'opportunité de convoquer d'autres audiences en attendant l'avis du gouvernement espagnol"

Dans cette affaire, faut-il le rappeler, les avocats et soutiens de Komi Koutché dénoncent une «persécution politique». L’homme est membre du bureau politique du parti d’opposition FCBE.

 


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci