SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

Affaire Icc-services : poursuite requise contre des ministres sous l'ère Yayi dont Koupaki

Gildas Salomon
publié le 6 février 2019

Pour cette 32ème journée du procès Icc-Services à la Cour de répression et des infractions économiques et du terrorisme (CRIET) ce mercredi 6 février 2018, le procureur Gilbert Togbonou a situé la responsabilité de l’État béninois dans cette affaire au moment des faits et a requis des poursuites.

koupaki Pascal Irénée Koupaki, ex-ministre de Boni Yayi et actuel ministre d'Etat

Dans l’affaire Icc-services, l’État a une part de responsabilité. C’est ce que pense le procureur Gilbert Togbonon au cours de l’audience du procès Icc-Services à la Cour de répression et des infractions économiques et du terrorisme (CRIET) ce mercredi 6 février 2019. Pour lui « Thomas Boni Yayi, Pascal Irenée Koukpaki, Kogui N’Douro, Armand Zinzindohoué, Grégoire Akofodji sont des citoyens béninois qui compte tenu de leur situation politique ont rendu fragile l’État béninois ». Au regard de leur qualité au moment des faits, le procureur spécial Gilbert Togbonon a affirmé qu’ils sont « justiciables devant une juridiction spéciale. Ils ne sont pas appelés à la barre aujourd’hui, mais ils le seront à coup sûr. »

Car, rappelle-t-il dans sa réquisition, «  les dirigeants ont eu connaissance et sont confiants depuis 2017 du danger que représente Icc-services dans l’économie béninoise, mais à cause de la cupidité personne n’a voulu arrêter le phénomène malgré les alertes et les dispositifs institutionnels  édités pour contenir et maintenir de pareille situation », « En agissant ainsi, ces autorités s’exposent à des poursuites judiciaires pour être elles-mêmes des artisans de la mise en œuvre de leur propre responsabilité » a-t-il ajouté.  

Après avoir indiqué que Abou Yayi Rébecca et Roger Djogba, feront objet de poursuite, le procureur dans sa réquisition a fait savoir au président de la cour Édouard Cyriaque Dossa, que son chantier n’est pas fini et qu’il est nécessaire de poursuivre les travaux.


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci